« Aucune preuve » que les patients Covid-19 soignés ne peuvent pas être réinfectés (OMS)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré samedi qu’il n’y avait actuellement « aucune preuve » que les personnes qui se sont rétablies du COVID-19 et qui ont des anticorps sont protégées contre une deuxième infection de coronavirus.

Dans une note scientifique, l’agence des Nations Unies a mis en garde les gouvernements contre la délivrance de «passeports d’immunité» ou de «certificats sans risque» aux personnes infectées car leur exactitude ne pouvait être garantie.

La pratique pourrait en fait augmenter les risques de propagation continue, car les personnes qui se sont rétablies peuvent ignorer les conseils sur la prise de précautions standard contre le virus.

«Certains gouvernements ont suggéré que la détection d’anticorps dirigés contre le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, pourrait servir de base à un« passeport d’immunité » ou à un « certificat sans risque » qui permettrait aux individus de voyager ou de retourner au travail en supposant qu’ils sont protégés contre la réinfection », a déclaré l’OMS.

« Il n’y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont rétablies du COVID-19 et qui ont des anticorps sont protégées contre une deuxième infection », a-t-il déclaré.

Le Chili a déclaré la semaine dernière qu’il commencerait à distribuer des «passeports de santé» aux personnes guéries de la maladie. Une fois dépistées pour déterminer si elles ont développé des anticorps pour être immunisées contre le virus, elles pourraient immédiatement réintégrer le marché du travail.

L’OMS a déclaré qu’elle avait continué d’examiner les études sur les réponses des anticorps au virus, qui ont émergé dans la ville centrale de Wuhan en Chine à la fin de l’année dernière. Quelque 2,8 millions de personnes auraient été infectées par le nouveau coronavirus dans le monde et 196 298 sont décédées, selon un décompte de Reuters.

La plupart des études ont montré que les personnes qui se sont remises d’une infection ont des anticorps contre le virus, selon l’OMS. Cependant, certains d’entre eux ont de très faibles niveaux d’anticorps dans leur sang, « suggérant que l’immunité cellulaire peut également être critique pour la récupération », a-t-il ajouté.

Bientôt des « émeutes de la faim » en Seine-Saint-Denis ?

Yves Cochet : « Supposez que Rungis s’effondre, en deux jours Paris meurt ! »