in , ,

Pour 2030, l’ONU dresse un plan pour éviter la sixième extinction massive de la Terre


Près d’un tiers des océans et des terres du monde devront être protégés d’ici à la fin de la décennie pour arrêter et inverser le déclin de la biodiversité qui met en danger la survie de l’humanité, selon un projet d’accord de l’ONU.

Pour lutter contre ce que les scientifiques ont décrit comme la sixième extinction massive dans l’histoire de la Terre, la proposition fixe une date limite de 2030 pour la conservation et la restauration des écosystèmes et de la faune sauvage qui rendent des services cruciaux aux humains.

Le projet de texte a été accueilli favorablement par les défenseurs de l’environnement, qui ont appelé les gouvernements à considérer les objectifs définis dans l’accord comme le niveau minimum acceptable à atteindre.

Le directeur de la Campagne pour la nature, Brian O’Donnell, a déclaré :

« Le projet d’aujourd’hui montre que les pays sont à l’écoute et qu’ils reconnaissent le rôle de plus en plus important que la protection des terres et des eaux doit jouer dans la lutte contre le changement climatique, la prévention de l’extinction des espèces sauvages et le soutien aux populations et aux communautés locales. C’est un premier pas très encourageant.

« Il reste beaucoup à faire dans les mois à venir pour faire progresser les droits des populations autochtones et pour que des objectifs audacieux en matière de conservation et de financement soient inclus dans l’accord final ».

D’ici 2030, le commerce des espèces sauvages doit être légiféré et durable, selon le projet de document, qui vise également à promouvoir la participation pleine et effective des peuples autochtones et des communautés locales à la prise de décisions concernant la biodiversité.

L’accord envisagé s’inscrit dans un cadre international à long terme qui vise à assurer la valorisation et la conservation durables de la biodiversité d’ici 2050.

Enric Sala, de National Geographic, et co-auteur du Global Deal for Nature, a déclaré :

« Si elle est adoptée, cette charte pourrait réaliser ce que nos enfants ont appelé les gouvernements à faire – écouter la science. Si nous voulons rester en dessous de 1,5°C, empêcher l’extinction d’un million d’espèces et l’effondrement de notre système de survie, nous devons protéger notre nature sauvage intacte et faire en sorte qu’au moins 30 % de nos terres et de nos océans soient protégés d’ici 2030.

 » Mais c’est le plancher, pas le plafond. Maintenant, chaque gouvernement sur Terre doit soutenir cette mission audacieuse et faire passer un accord mondial pour la nature cette année. »

En mai, les plus grands scientifiques du monde ont averti que la nature est détruite à un rythme jusqu’à des centaines de fois supérieur à la moyenne des 10 millions d’années précédentes, en raison de l’activité humaine.

La destruction des récifs coralliens, des forêts tropicales et d’autres écosystèmes vitaux de la planète a mis la société humaine en danger, les auteurs du rapport mettant en garde contre des conséquences « inquiétantes » telles que la pénurie d’eau douce et l’instabilité du climat si des mesures radicales ne sont pas prises.

Article traduit du Guardian intitulé : UN draft plan sets 2030 target to avert Earth’s sixth mass extinction


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire
  1. Pingback:

  2. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Il rend sa carte de la CFDT : « Ce n’est plus du tout ce pourquoi j’ai adhéré, on se détourne du salarié »

La star du « Joker » Joaquin Phoenix arrêté après une manif sur le climat avec Jane Fonda