La Chine veut élever des porcs gros comme des ours polaires

porc géant chine

Les éleveurs chinois ont décidé de miser sur les cochons géants dont la taille se rapproche de celle d’un ours polaire. Les porcs géants sont la dernière invention des éleveurs chinois face à la peste porcine africaine qui a frappé le pays.

A Nanning, la capitale de la province du Guangxi, un spécimen de cochon géant est élevé. L’animal pèse 500 kilos et fera le bonheur de son propriétaire. A l’abattage, certains porcs peuvent se vendre plus de 10 000 yuans, soit trois fois le revenu mensuel moyen dans la région.

Les prix élevés du porc dans la province de Jilin, dans le nord-est du pays, incitent les éleveurs à élever des porcs pour atteindre un poids moyen de 175 kg à 200 kg, très loin du poids normal de 125 kg.

“On veut des cochons les plus gros possibles”, atteste Zhao Hailin, un éleveur de la province de Jilin, tout au nord du pays.

La tendance ne se limite pas non plus aux petites exploitations agricoles. Les principaux producteurs de protéines en Chine, dont Wens Foodstuffs Group Co, le premier éleveur de porcs du pays, Cofco Meat Holdings Ltd. et Beijing Dabeinong Technology Group Co. déclarent vouloir augmenter le poids moyen de leurs porcs. Les grandes exploitations agricoles visent une augmentation du poids d’au moins 14%, a déclaré Lin Guofa, analyste senior au sein de la société de conseil Bric Agriculture Group.

“Le poids moyen des porcs à l’abattage dans certaines grandes fermes a grimpé jusqu’à 140 kilogrammes, comparativement à environ 110 kilogrammes normalement, a expliqué M. Lin. Cela pourrait augmenter les profits de plus de 30%”.

Les porcs géants sont élevés pendant une période extrêmement compliquée pour la Chine. Avec la peste porcine africaine qui décime le cheptel porcin du pays – la moitié, selon certaines estimations – les prix du porc ont atteint des niveaux records, ce qui a amené le gouvernement à exhorter les agriculteurs à stimuler la production pour tempérer l’inflation. Les prix de gros du porc en Chine ont bondi de plus de 70 % cette année, tandis que les stocks de porcs ont chuté de 39 % en août par rapport à l’année précédente.

Le vice-premier ministre chinois Hu Chunhua a averti que la situation de l’offre sera “extrêmement grave” jusqu’au premier semestre 2020. La Chine devra faire face à une pénurie de porc estimée à 10 millions de tonnes cette année, soit plus que ce qui est disponible dans le commerce mondial, ce qui signifie qu’elle doit augmenter sa production intérieure.

Lors d’une récente visite dans les principales provinces d’élevage du Shandong, du Hebei et du Henan, Hu a exhorté les autorités locales à reprendre la production porcine dès que possible, avec l’objectif de revenir à un niveau normal l’année prochaine.

Pourtant, de nombreux éleveurs se méfient du repeuplement des troupeaux de porcs après avoir été touchés par une épidémie antérieure. De plus, les prix des porcelets et des truies reproductrices ont grimpé en flèche, ce qui provoque une augmentation des coûts pour reconstituer les troupeaux. Augmenter la taille des porcs qu’ils possèdent est selon les éleveurs chinois la meilleure solution à court terme.

Turquie réfugié union européenne

Sanction contre la Turquie ? Erdogan menace l’Europe d’un flot de réfugiés syriens

tanker iranien Arabie saoudite

Attaque contre un tanker iranien à 100 km du port saoudien de Jeddah