in , ,

Donald Trump évoque la fin de la mondialisation et menace de rompre les relations avec la Chine


Donald Trump a réalisé un entretien avec la chaîne Fox Business sur la gestion de la pandémie et sur les tensions avec la Chine. Le président américain a menacé à plusieurs reprises Pékin qu’il tient pour responsable de la situation aux Etats-Unis.

« Nous avons beaucoup d’informations, et ce n’est pas bon. Que cela provienne du laboratoire ou des chauves-souris, tout est venu de Chine, et ils auraient dû l’arrêter. Ils auraient pu l’arrêter, à la source. » « C’est devenu hors de contrôle. »

« Nous avons demandé à enquêter et ils ont dit non. Ils ne voulaient pas de notre aide. Et je me suis dit que c’était bien parce qu’ils devaient savoir ce qu’ils font. C’était donc de la bêtise, de l’incompétence ou délibéré. ​​ »

L’administration Trump réfléchit à des possibilités de sanctionner ou de demander une compensation financière à la Chine pour ce qu’elle considère comme de la rétention d’informations sur le virus.

« Il y a beaucoup de choses que nous pourrions faire », a déclaré Trump à Maria Bartiromo de FOX Business jeudi. « Nous pourrions interrompre nos relations (avec Pékin). »

« Maintenant, si vous le faisiez, que se passerait-il? », a demandé Trump. « Vous économiseriez 500 milliards de dollars si vous interrompiez tous les échanges commerciaux. »

Le Président américain a également indiqué que les mauvaises relations avec la Chine marquaient la fin de l’ère de la globalisation. Donald Trump a indiqué qu’il souhaitait rapatrier les usines des grandes multinationales aux Etats-Unis. Même les compagnies américaines pourraient être taxées afin de les inciter à s’installer dans le pays.

Le locataire de la Maison Blanche a également évoqué la nécessité de mettre fin aux chaînes de fabrication basées sur plusieurs continents en prenant l’exemple de l’avion militaire F-35 construit en partie dans d’autres pays comme la Turquie. L’épidémie de coronavirus a montré la fragilité du système d’interdépendance entre les Etats quant aux chaînes industrielles.

Ces nouvelles déclarations pourraient peser lourd sur une économie mondiale déjà en grande difficulté à cause d’un arrêt des économies durant un à deux mois dans de nombreux pays. La possibilité de voir à nouveau les deux premières puissances mondiales en conflit économique et politique pourrait entraîner de nombreuses incertitudes sur les marchés financiers.

Bonnie Glaser, directrice du China Power Project au Center for Strategic and International Studies, a déclaré au média Business Insider qu’il y avait des éléments de la concurrence américano-chinoise « rappelant la guerre froide américano-soviétique », ajoutant qu’il existe également des différences fondamentales au niveau de « l’étendue du commerce et l’interaction entre les peuples».

« Voici une grande différence entre la guerre froide avec l’Union soviétique et aujourd’hui avec la Chine: à la fin de la guerre froide, je pense que l’Amérique importait quelque chose comme 200 millions de dollars de marchandises en provenance de l’Union soviétique. Les importations américaines pour la Chine en 2018 étaient au nord de 500 milliards de dollars « , a déclaré l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair dans une récente interview avec Fareed Zakaria de CNN.

Une nouvelle guerre froide opposant cette fois la Chine et les Etats-Unis aurait pour conséquence une division du monde selon des camps opposés, la fin de nombreux organes internationaux comme l’OMS, dont Donald Trump a gelé les subventions, la diminution importantes des échanges commerciaux ou encore de nouvelles entraves dans la lutte pour le climat.

« Pour le système international dans son ensemble, une guerre froide serait dévastatrice. Elle placerait, par exemple, tous les défis mondiaux – du changement climatique aux pandémies en passant par le terrorisme – dans le contexte du gain et de la perte de puissance relative de chaque côté, la coopération est encore plus difficile « , a déclaré Elizabeth Economy, directrice des études asiatiques au Council on Foreign Relations.

LIRE AUSSI : Ray Dalio : « Ce n’est pas une récession, c’est un effondrement. […] Il y aura un nouvel ordre mondial »

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Philippe Martinez (CGT) souhaite passer à la semaine de 32 heures pour diminuer le chômage

Le pic de coronavirus à peine passé, Olivier Truchot relance déjà les hostilités contre les soignants