in ,

Commission d’enquête Lubrizol : « Une volonté de minimiser l’ampleur de l’évènement » de la part la préfecture

Commenter

usine de lubrizol commission d'enquête

La commission d’enquête du Sénat continue ses travaux sur l’incendie de l’usine Lubrizol et de Normandie Logistique. Pour l’expert Arnaud Brennetot, il a perçu une « volonté de minimiser l’ampleur de l’événement » de la part de la préfecture.

Après avoir interrogé le PDG de Lubrizol, le Préfet de Seine-Maritime et s’être déplacés sur les lieux du sinistre, les membres de la commission d’enquête du Sénat ont auditionné Arnaud Brennetot, maître de conférences en géographie politique à l’université de Rouen.

La rapporteure LR de la commission d’enquête, Christine Bonfanti-Dossat, a questionné l’invité sur « les manques de communication de la préfecture » les heures et les jours suivants l’incendie.

« On a vu qu’il y avait un message rassurant. Mais est-ce qu’on ne peut pas dire que c’est de la langue de bois » ?

Pour le maître de conférence de l’université de Rouen, il ne fait aucun doute qu’il y a eu une volonté de minimiser l’ampleur de la catastrophe.

Arnaud Brennetot a rélevé « des litotes », « des doubles négations » « qui témoignent d’une volonté de rassurer le public à bon compte. C’est-à-dire sans forcément admettre tout ce qu’on ignore à ce moment-là, et une volonté de minimiser l’ampleur de l’événement de façon à donner le sentiment que la situation est maîtrisée » a-t-il expliqué.

Selon lui, les raisons de cette « communication compliquée » s’explique par « le fait que les services de l’État n’ont pas l’habitude d’être en contact avec le grand public, les médias, en situation de crise, beaucoup moins en tout cas que les élus locaux ». « Le public, depuis les lois de décentralisation, a été habitué à avoir des justifications de la part de responsables politiques qui sont en fait des élus locaux, qui eux, ont cette aptitude à expliquer, ce qui n’est pas le cas d’un préfet ».

Le préfet, Pierre-André Durand, ultra-médiatisé durant l’incendie, a été la cible de nombreuses critiques de la part des citoyens ainsi que des observateurs. La communication de crise a été un véritable fiasco comme l’a d’ailleurs reconnu le principal concerné devant les caméras d’Envoyé spécial en expliquant avoir « un regret ». « Parce que ce que j’ai dit était techniquement exact, mais mal compris par nos concitoyens. »

Hier, Emmanuel Macron s’est rendu sur les lieux de l’incendie de Lubrizol afin de rassurer la population et promettre des indemnités pour les agriculteurs et commerçants. Le Président de la République a également promis d’organiser une rencontre internationale dans la ville afin de « redorer » l’image de Rouen. Plusieurs centaines d’habitants étaient sur place afin d’exprimer leur colère.



Commenter

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

abeille-pesticide

Des chercheurs du CNRS prouvent que les abeilles sont aussi efficaces que les pesticides

Transition énergétique : avons-nous encore le temps ?