Le CICE a coûté 90 milliards d’euros pour seulement un peu plus de 100.000 emplois créés

La mesure phare du quinquennat Hollande était la création d’un million d’emplois en cinq ans avec la mise en place du CICE : Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi. Or, le rapport de France Stratégie, publié le 17 septembre, annonce que seulement un peu plus de 100.000 emplois ont vu le jour en cinq ans, les industriels ayant opté pour une baisse des prix de vente.

« L’ambition que nous vous proposons est de créer un million d’emplois en cinq ans », écrivait en 2013 Pierre Gattaz, président du Medef. Le gouvernement de François Hollande instaurait alors le CICE afin de lutter contre le chômage.

Cette mesure avait été très critiquée car aucune contrepartie n’était imposée aux entreprises. Il a été remplacé le 1er janvier 2019 par un allègement de charges. Les emplois tant attendus n’ont jamais vu le jour. On compte entre 100 000 et 160 000 emplois créés entre 2013 et 2017 alors que le dispositif a coûté 90 milliards d’euros sur ces cinq années aux finances publiques.

Six rapports avaient été publiés entre 2013 et 2018 et confirmaient ce pauvre bilan. Jeudi 17 septembre 2020, France Stratégie a révélé les travaux de deux équipes d’économistes, l’une issue du CNRS, l’autre de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) qui confirment les conclusions des précédents rapports.

L’équipe du CNRS expose que les bénéfices de la mesure ont permis la création de 100 000 emplois entre 2014 et 2016. De son côté les chercheurs de l’OFCE mesure l’impact du CICE à 400 000 emplois. Toutefois, en raison des hausses d’impôt pour son financement, la création d’emplois est ramenée à 160 000.

« Les effets sur l’emploi et les salaires sont visibles dans les services mais le sont moins dans l’industrie, où le CICE aurait plutôt permis de baisser les prix de vente », explique Cédric Audenis, commissaire général adjoint de France Stratégie.

En somme, la grande distribution ou La Poste qui ne subissent pas de plein fouet la concurrence internationale ont pu embaucher et augmenter les salaires tandis que les industriels, bien plus sujets aux concurrents mondiaux, ont misé sur une baisse des prix de vente afin de booster leur compétitivité, ce qui était aussi l’objectif de la CICE.

Ray Dalio : “Le monde va changer de manière choquante au cours des cinq prochaines années”

VIDEO. Un cerf se réfugie en ville, épuisé, après avoir été traqué par des chasseurs et des chiens