in

Apple, accusé de ralentir délibérément les anciens iPhone, accepte de payer 113 millions de dollars

Apple a accepté de payer des millions de dollars à 34 États américains pour sa pratique antérieure controversée consistant à ralentir délibérément les anciens iPhone.

La société paiera 113 millions de dollars pour régler à l’amiable une enquête menée par des États, notamment la Californie et l’Arizona, sur la façon dont Apple n’a pas été transparent sur les problèmes de batterie de son iPhone qui ont conduit à des arrêts inattendus d’appareils. Au lieu de divulguer le problème aux consommateurs ou de remplacer les batteries, il a poussé une mise à jour logicielle en décembre 2016 qui a eu un impact sur les performances des anciens modèles d’iPhone.

Pour beaucoup de consommateurs, cette stratégie visait à pousser les utilisateurs à acheter un nouvel iPhone.

“Les grandes entreprises technologiques doivent cesser de manipuler les consommateurs et leur dire toute la vérité sur leurs pratiques et leurs produits”, a déclaré jeudi le procureur général de l’ Arizona Mark Brnovich, qui a aidé à mener l’enquête. 

«Je m’engage à tenir ces entreprises de technologie responsables lorsqu’elles dissimulent des informations importantes aux utilisateurs.»

Face aux critiques, la société avait présenté des excuses rares , et avait temporairement baissé le prix des batteries de remplacement de 79 $ à 29 $ et avait ajouté une fonctionnalité permettant aux utilisateurs d’iPhone de surveiller l’état de la batterie .

“Nous savons que certains d’entre vous pensent qu’Apple vous a laissé tomber. Nous nous excusons”, a déclaré la société dans un communiqué de 2017 .

 «D’abord et avant tout, nous n’avons jamais fait – et ne ferions jamais – quoi que ce soit pour raccourcir intentionnellement la durée de vie d’un produit Apple ou pour dégrader l’expérience utilisateur pour pousser les clients vers un nouvel achat.»

En mars, Apple a accepté de payer jusqu’à un demi-milliard de dollars pour régler un recours collectif l’accusant de ralentir les iPhone pour obliger les utilisateurs à en acheter de nouveaux.

En plus de payer des millions de dollars aux États, Apple a accepté de fournir des mises à jour sur l’état de la batterie de l’iPhone, les performances et la gestion de l’alimentation sur son site Web ou sur ses notes d’installation.

LIRE AUSSI : Le Tribunal européen contredit la Commission Européenne et annule l’amende de 13 milliards d’euros contre Apple

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    85% des Français craignent “une explosion sociale” dans les prochains mois

    L’OMS recommande de ne pas utiliser le Remdesivir de Gilead, l’Union Européenne en a commandé 500 000 doses