in ,

Bientôt des drones de surveillance dans les rues de Beaune ?

Photo d'illustration d'un drone de la police à Canne (LeParisien)

Le maire de Beaune est décidé à augmenter les moyens de surveillance dans sa ville de 22 000 habitants. Alain Suguenot a indiqué, lors du conseil municipal, qu’il souhaitait accroître la taille de sa police municipale et la doter de drones de surveillance.

« Je pense que la sécurité doit se faire avec les technologies d’aujourd’hui », a déclaré le maire LR, cité par Dijoncter.Info.

Le maire avait annoncé dans son programme électoral qu’il voulait faire de Beaune “une ville pilote avec une vidéo protection mobile, à l’aide de drones et de détecteurs de présence, sur l’espace public”.

La ville de seulement 22 000 habitants possède déjà 80 caméras de surveillance, soit une pour 260 habitants. Un chiffre énorme, selon la même source, comparable aux grandes métropoles les plus vidéosurveillées.

En plus des caméras, la mairie souhaite munir les policiers municipaux d’un drone à caméra infrarouge, ayant «une autonomie de vol de 4 à 5 heures et pouvant rester en point fixe à 60 mètres d’altitude.» Un investissement important pour la ville qui pourrait aller jusqu’à 10 000 euros. Le baptême du feu était prévu pour 2020 mais “le pilote de drone embauché par la police municipale [étant] parti dans le privé”, l’expérimentation devra donc attendre.

Le nombre de policiers municipaux devrait également augmenter et le maire envisage également l’emploi de sociétés privées les week-end et soirées, selon la même source.

Pour en savoir plus, nous avons tenté de nous rendre sur le site de la mairie beaune.fr, mais malheureusement le site est actuellement hors service… Et si on commençait par utiliser la technologie pour servir les citoyens plutôt que de les surveiller ?…

Site HS de la mairie de Beaune

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    L’OMS recommande de ne pas utiliser le Remdesivir de Gilead, l’Union Européenne en a commandé 500 000 doses

    Les syndicats de soignants retenus par des policiers pendant la visite de Jean Castex à l’hôpital de Brest