Un poulet bio à 51€ met en colère les français d’Outre-Mer

Le député Gabriel Serville a posté sur Twitter une photo d’un poulet bio vendu 51 euros dans un magasin U à Saint-Martin . Une somme folle pour des habitants qui vivent souvent avec moins de 420 euros par mois.

La vie est chère en Outre-Mer et même très chère lorsque l’on souhaite manger sainement. C’est ce que les internautes ont pu découvrir ces derniers jours après un tweet du député de Guyane, Gabriel Serville, qui a dévoilé les prix mirobolants des poulets bio dans le magasin U.

« N’avons-nous pas des filières d’élevage aux Antilles, Guyane, pour importer par avion des poulets facturés 51 euros alors que 20 % des Antillais et 45 % des Guyanais vivent avec moins de 420 euros par mois », s’interroge l’élu sur Twitter.

Le porte-parole du supermarché s’est expliqué face à une nouvelle polémique sur les prix élevés des aliments en Outre-Mer. Selon lui, ce prix est logique étant donné qu’ « il n’y a pas de production locale » de poulets bio.

« Ce poulet, en métropole, est vendu 10,75 euros le kg. […] Quand on l’achemine par voie aérienne, le kg de marchandise coûte 12 euros à transporter. » D’où un prix final de 45 euros le poulet, auquel s’ajoutent « des taxes, des frais de commercialisation et la marge du commerçant », poursuit-il.

Le député a indiqué avoir déjà écrit au Premier Ministre sans qu’aucune réponse ne lui soit apportée.

« En mars, j’ai écrit à Edouard Philippe pour demander du concret pour lutter contre la vie chère alors que les grandes surfaces se gavent avec des marges jusqu’à 55 % sur les produits de consommation courante aux Antilles Guyane », poursuit le député dans un autre tweet. « Pas de réponse. »

Selon Gabriel Serville , « 20 % des Antillais et 45 % des Guyanais vivent avec moins de 420 euros par mois ». Une situation extrêmement préoccupante qui s’ajoute à une vie chère notamment à cause des importations des aliments depuis la métropole par les grandes chaînes de distribution plutôt que de s’appuyer sur les productions locales.

Sur d’autres photos postées par des internautes, on peut voir d’autres prix exorbitants comme une dinde à 123 euros.

“En tant qu’adulte, je peux dire que nous avons échoué”, Elizabeth Mrema, responsable de la biodiversité à l’ONU

Iran: un député offre 3 millions de dollars pour tuer Donald Trump