Réfugiés ukrainiens : 50 nuances de racisme dans les médias

Le compte Twitter Caisses de grève a réalisé un montage de quelques interventions de politologues, éditorialistes sur la question des réfugiés ukrainiens.

Les réfugiés ukrainiens meilleurs que les autres ?

Sans trop se cacher sur leur opinion, les intervenants ont constamment fait la différence entre des déplacés de guerre européens et ceux qui viennent d’autres pays notamment la Syrie, l’Afghanistan ou la Libye.

Pour expliquer leur empathie envers les réfugiés ukrainiens, certains ont évoqué une « civilisation » commune voire leur couleur de peau. Le groupe d’extrême droite dissous récemment, Génération identitaire, n’aurait pas dit mieux.

Libération de la parole raciste dans les médias

La libération de la parole raciste dans les médias et au sein de la classe politique rappelle le danger qui guette la France. Quatre candidats de droite sont en tête, trois d’entre eux évoquent désormais un « grand remplacement » de la population française.

Cette théorie raciste et complotiste a notamment poussé le terroriste d’extrême droite Brenton Tarrant a commettre un attentat contre deux mosquées de la ville de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, provoquant la mort de 51 fidèles et autant de blessés.

Cette différence de traitement est d’autant plus étonnante que le départ massif de populations du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord vers l’Europe s’explique en grande partie par des interventions militaires occidentales. L’Irak et l’Afghanistan ont été envahis par les Etats-Unis, la Libye a été bombardée par la France et la révolution populaire syrienne a été instrumentalisée par les grandes puissances.

LIRE AUSSI : Ukraine : la Russie envoie son armée, les européens craignent une crise énergétique et sociale

John Spencer guerre urbaine Kiev résistance ukrainienne

Les conseils du Colonel John Spencer, expert en guerre urbaine, aux résistants ukrainiens à Kiev

familles africaines noirs ukraine réfugiés racisme pologne

Racisme en Ukraine : les familles africaines empêchées de quitter le pays en guerre