Prince Charles aux riches : « A quoi sert toutes vos richesses [..] si vous les regarderez brûler dans des conditions catastrophiques »

4601

Le prince de Galles a exhorté les dirigeants économiques et politiques de Davos à adopter une refonte radicale des économies et des marchés afin de faire face à la crise climatique.

Mercredi , dans une allocution spéciale au Forum économique mondial , le Prince Charles a décrit un plan en 10 points pour aider l’économie mondiale à devenir plus durable, y compris l’imposition de taxes vertes et l’investissement dans des technologies respectueuses de l’environnement.

Il a fait valoir que les taxes, les réglementations et les politiques pouvaient toutes être modifiées, dans le cadre d’un effort pour inverser les subventions préjudiciables à l’environnement telles que l’aide financière à l’industrie des combustibles fossiles. Il a également cité le principe du «pollueur-payeur» qui oblige ceux qui créent des dommages environnementaux à payer pour le nettoyage.

« Pour assurer notre avenir et notre prospérité, nous devons faire évoluer notre modèle économique », a déclaré le Prince à un auditoire de politiciens et de dirigeants d’entreprises et de la société civile à Davos.

« Voulons-nous entrer dans l’histoire comme le peuple qui n’a rien fait pour sauver le monde au bord du gouffre, alors que nous aurions pu le faire ?

Charles, qui est soutenu financièrement par le duché de Cornouailles, a lancé un défi direct à certaines des personnes les plus riches du monde réunies dans la station de ski suisse pour penser à autre chose qu’à l’argent.

« A quoi sert toute la richesse supplémentaire dans le monde obtenue grâce au maintien du statu quo si vous ne pouvez rien en faire, sauf la regarder brûler dans des conditions catastrophiques », a-t-il déclaré.

Le Prince Charles, qui a également rencontré la militante pour le climat Greta Thunberg lors du sommet, a exhorté le secteur privé à utiliser son ingéniosité et ses compétences pratiques pour aider à sortir le monde d’une calamité climatique.

« La seule limite est notre volonté d’agir et le moment d’agir est maintenant ».

Le prince s’exprimait après avoir lancé une initiative, l’Initiative et le Conseil des marchés durables. Parmi ses dix propositions figurent la décarbonisation rapide des entreprises, l’incitation à investir dans de nouvelles technologies respectueuses de l’environnement et l’aide aux consommateurs pour qu’ils fassent des choix durables.

Le changement climatique, la perte de la biodiversité et le réchauffement de la planète sont les plus grandes menaces auxquelles l’humanité ait jamais été confrontée, a-t-il averti, ajoutant que les capitaux doivent être correctement déployés afin de faire face à ces menaces.

Le prince a déclaré que les consommateurs mondiaux pouvaient rendre les marchés durables, mais qu’ils ne pouvaient pas faire de choix durables si ces options ne leur étaient pas clairement présentées.

Charles a également averti qu’une prise de conscience sociale et environnementale ne pouvait pas être une option réservée aux personnes les plus riches. Les marchés doivent changer, afin que les prix reflètent réellement les coûts environnementaux et économiques.

« Si tous les coûts réels sont pris en compte, être socialement et écologiquement responsable devrait être l’option la moins coûteuse car elle laisse la plus petite empreinte derrière elle », a-t-il soutenu, appelant implicitement à des subventions et à des changements fiscaux.

L’intervention du Prince Charles intervient près de 30 ans après son dernier discours au Forum économique mondial, alors qu’il avait déjà commencé à faire campagne sur les questions environnementales et la responsabilité des entreprises.

Le prince de Galles est arrivé dans une voiture électrique – plutôt que dans l’option de l’hélicoptère que privilégient certains, comme Donald Trump. Cependant, il se serait rendu en Suisse en jet privé, ce qui rappelle l’écart entre les objectifs définis lors du forum de cette semaine et le comportement de l’élite mondiale.

Les questions environnementales et l’urgence climatique ont occupé le devant de la scène à Davos cette année, avec un flot de dirigeants d’entreprises et de politiciens qui ont exprimé leurs préoccupations et ont signé des initiatives visant à promouvoir la durabilité et l’action en faveur du climat.

Traduction rapprochée d’un extrait d’un article du journal The Guardian : Reshape economy to fight climate crisis, says Prince Charles

p1BHBP rtKA

Jean-Luc Mélenchon : « La catastrophe (climatique) a commencé et nous n’avons plus les moyens de la stopper »

I32K2XBYU6ISTKXRM3U22KBSIU

Virus en Chine : après Wuhan, une deuxième ville placée en quarantaine