Pour Bill Gates, les riches devraient payer plus d’impôts pour réduire les inégalités

Bill Gates – la deuxième personne la plus riche du monde avec une valeur nette actuelle de 108,8 milliards de dollars , selon Forbes – a déclaré dans un article que son extrême richesse n’est pas juste.

“La distance entre les revenus les plus élevés et les plus bas aux États-Unis est beaucoup plus grande qu’elle ne l’était il y a 50 ans”, a écrit Gates dans un article publié mardi.

Aux Etats-Unis, l’inégalité du revenu est à son plus haut niveau depuis des décennies, selon l’indice Gini du US Census Bureau.

“Quelques personnes se retrouvent avec beaucoup – j’ai été récompensé de manière disproportionnée pour le travail que j’ai fait – tandis que beaucoup d’autres qui travaillent tout aussi dur ont du mal à s’en sortir”, écrit-il.

Pour résoudre le problème, Gates a déclaré que le gouvernement américain devrait augmenter les impôts qui touchent les riches.

«Je suis pour un régime fiscal dans lequel, si vous avez plus d’argent, vous payez un pourcentage plus élevé en impôts. Je pense que les riches devraient payer plus qu’ils ne le font actuellement, et cela inclut Melinda et moi », a écrit Gates, se référant à sa femme. 

Plus précisément, il a déclaré qu’il devrait y avoir un impôt sur les gains en capital plus élevé (un impôt sur l’argent gagné sur les investissements), qui affecterait de manière disproportionnée les riches. Aucune des personnes les plus riches du monde n’a fait fortune uniquement grâce à un emploi salarié, et pour cette raison, Gates pense que le gouvernement devrait « augmenter l’impôt sur les gains en capital » plutôt que sur le travail.

“Je ne vois aucune raison de privilégier la richesse au travail comme nous le faisons aujourd’hui”, écrit-il. C’est « la preuve la plus claire que j’ai vue que le système n’est pas équitable », a-t-il déclaré.

En France, Emmanuel Macron a choisi de supprimer l’ISF, impôt sur la fortune, dès son arrivée au pouvoir. Une décision qui lui a valu très rapidement d’être taxé de “président des riches”.

Dans son livre Capital et Idéologie, Thomas Piketty revient sur l’histoire des inégalités à travers le monde et propose de taxer les plus riches. Critiqué par les médias libéraux, il trouve aujourd’hui un allié de poids avec le deuxième homme le plus riche de la planète.

Une semaine de travail de quatre jours avec des journées de six heures en Finlande ?

Retraites : “Résister à du langage positif pour masquer des saletés et de la violence” Franck Lepage