in ,

Joseph Stiglitz, le prix Nobel d’économie, anticipe des faillites en série

Commenter

Joseph Stiglitz faillite crise économique

Le prix Nobel d’économie, Joseph Stiglitz, afin de présenter son nouveau livre « Peuple, pouvoir & profits », aux éditions Les liens qui libèrent. Dans un entretien accordé à l’AFP il évoque la possibilité de voir une multiplication de faillites.

Contrairement à de nombreux analystes financiers, Joseph Stiglitz ne croit pas à une crise financière mondiale. Mais il se dot préoccupé par les dernières injections de milliards de dollars sur le marché financier.

« En me basant sur ce que nous savons, je dirais que je ne vois pas de crise (…) mais un ralentissement significatif de la croissance (…) qui va entraîner un certain nombre de faillites », prévient-il.

Croissance et banques centrales

Pour Stiglitz, les périodes avec des faibles croissances sont l’occasion de voir les mauvaises et bonnes gestions des entreprises.

« La mauvaise gestion d’une entreprise n’a pas forcément de conséquence en période de croissance, mais dès que l’économie ralentit elles se retrouvent en faillite »

Une période où de nombreuses sociétés mal gérées font faillites, mais selon lui, cela n’entraînera pas de crise financière semblable à celle de 2008.

« C’est vrai que cette situation rend les gens nerveux, mais il faut plus de perturbations pour provoquer une crise mondiale », a-t-il estimé. Ce, même s’il n’écarte pas que « quelques pays émergents entrent en crise » comme l’Argentine. « Mais je ne pense pas que ce soit le cas en Europe ou aux Etats-Unis », a-t-il souligné.

Joseph Stiglitz ne comprend d’ailleurs pas la décision de la Réserve Fédérale (FED) d’abaisser ses taux et la Banque Centrale Européenne (BCE) qui relance son programme de rachat de dette. Des politiques qui selon lui pourraient s’avérer inefficaces pour la stimulation de la croissance.

« Je pense que les banques centrales sont clairement en train de gaspiller des munitions qui leur seraient utiles au cas où la situation empirerait », a-t-il regretté.

Donald Trump son pire ennemi

Joseph Stiglitz est en guerre ouverte contre Donald Trump. Pour lui, le problème n’est ni la Chine ni la guerre commerciale mais bien Donald Trump en personne.

« Il a introduit un tel niveau d’incertitude et de chaos qu’il a amputé les Etats-Unis d’une partie de sa croissance ».

Les tweets et décisions incompréhensible de Donald Trump provoquent constamment des situations critiques dans les marchés. Une communication publique sans aucune réflexion qui a provoqué une chute de la croissance aux Etats-Unis.

Le président américain est également responsable d’une augmentation de l’instabilité au Moyen Orient suite à son choix de quitter l’accord sur le nucléaire. Son principal allié saoudien se retrouve en difficulté, attaqué sur son territoire par des miliciens chiites yéménites armés par l’Iran. Les cours du pétrole et du gaz fluctuent avec les évènements dans une région riche en ressources minières mais déjà en proie à plusieurs guerres.



Commenter

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire
    1. Pingback:

    2. Pingback:

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Loading…

    0

    Commentaires

    0 Commentaires

    Incendie d'une usine à Rouen

    Incendie de l’usine à Rouen : la Préfecture appelle à ne pas manger les fruits et légumes

    Chine prélèvement organes musulmans

    La Chine accusée de vendre des organes prélevés sur des musulmans chinois