Coronavirus. Malgré un retour d’Italie et des symptômes, le SAMU refuse de venir

La ville de Montpellier compte officiellement trois personnes atteintes du coronavirus suite à des voyages en Italie. Les autorités ont indiqué que tous les français revenant de zones à risques devaient se signaler afin de passer un test médical.

Après avoir constaté plusieurs symptômes, ce couple de 50 ans, qui préfère rester anonyme, décide d’appeler le 15 pour vérifier qu’ils ne sont pas infectés mais à leur grande surprise, le SAMU refuse de venir.

Etant asthmatiques, nous sommes habitués aux bronchites. Mais par acquis de conscience, et ayant une fille qui est enceinte et donc potentiellement fragile, nous avons préféré vérifier.

« On nous dit que nous sommes placés en cas possibles et qu’il fallait absolument rester en confinement. S’ensuivent de nombreux appels de la part du CHU et des médecins. Entre temps, on appelle nos enfants pour leur dire de se confiner aussi. Le Samu devait venir nous voir pour nous tester.

Finalement, on nous dit que tout est annulé, parce qu’à ce moment-là, la Ligurie n’était pas considérée comme une zone à risque. Sauf que le soir même, on apprend qu’en Ligurie, il y avait des cas confirmés.

Et si on l’avait vraiment ? Ça veut dire qu’on peut finir comme tout le monde ! Entre-temps, personne ne nous a rappelés ».

Le couple inquiet est en colère et ne comprend pas pourquoi le SAMU refuse de leur faire passer un test. Pourtant, selon le plan anti-coronavirus du gouvernement, ils auraient dû être surveillés afin d’éviter une propagation du virus. Ce n’est qu’à la phase 3 que les personnes infectées doivent rester chez elles sauf si elles présentent des signes de gravité.

LIRE AUSSI : Coronavirus. Face à la saturation des hôpitaux, seuls les cas les plus graves sont testés et hospitalisés

supermarché dévalisés coronavirus

Coronavirus. Auchan, Carrefour, Lidl,… les supermarchés dévalisés en quelques heures

SE4Q7OEFUBEDQW3TSI26CFZNOY

Coronavirus. Face à la saturation des hôpitaux, seuls les cas les plus graves sont testés et hospitalisés