in

A Londres, une employée du rail décède après qu’un homme lui crache dessus


La famille et les amis d’une employée d’une compagnie ferroviaire britannique, décédée du coronavirus après avoir reçu un crachat pendant son service, accusent l’employeur de négligence.

Belly Mujinga, 47 ans, a été envoyée au travail dans le hall de la gare Victoria, dans le sud-ouest de Londres, le matin du 22 mars, et un homme lui a craché dessus. Quelques jours après l’agression, elle et sa collègue également présente sont tombées malades du virus.

Mujinga, mère d’une fille de 11 ans, a été admise à l’hôpital Barnet et mise sous respirateur, mais elle est morte le 5 avril.

La cousine de la victime, Agnes, et une collègue qui a été témoin de l’incident ont déclaré au Guardian que Mujinga avait plaidé contre le fait de travailler en dehors de la protection du guichet sans équipements pour la protéger.

Elles ont affirmé que son employeur, Govia Thameslink, savait qu’elle avait des problèmes respiratoires mais a quand même insisté pour qu’elle travaille dans le hall et qu’elle interagisse avec les passagers.

Elles ont, en plus, été renvoyées au travail dans le hall après l’incident du crachat, malgré les tremblements physiques causés par le traumatisme de ce qui s’était passé.

Un collègue qui a été témoin de l’incident a déclaré :

« Nous avons supplié de ne pas sortir. Nous avons dit « nos vies sont en danger » ».

Mais on leur a dit qu’elles devaient quand même sortir.

« On nous a dit que nous n’étions même pas autorisés à mettre des masques », a ajouté le collègue. « Govia s’est comporté de manière imprudente et négligente. Ils ont manqué à leur devoir de vigilance. On nous traite comme des robots », a déclaré Agnès.

« Elle n’aurait pas dû être envoyée sans équipements de protection (EPI). Nous voulons que justice soit faite pour Belly. Ils doivent trouver la personne qui lui a craché dessus. Et l’entreprise doit indemniser la famille ; sa fille n’a plus de mère ».

Angie Doll, la directrice générale de Southern Railway et de Gatwick Express, a déclaré:

« Nous prenons toutes les allégations très au sérieux et nous enquêtons sur ces demandes. La sécurité de nos clients et de notre personnel, qui sont eux-mêmes des travailleurs clés, continue d’être une priorité à tout moment et nous suivons les derniers conseils du gouvernement. Nous conseillons vivement aux gens de ne voyager que si c’est absolument indispensable ».

Une porte-parole de Govia a souligné que l’avis officiel du gouvernement au moment de l’incident était que « les EPI pour notre personnel n’étaient pas nécessaires ».

« Nous avons régulièrement informé nos employés de continuer à se laver les mains et de garder des distances de sécurité lorsqu’ils travaillent.

Le mari de la victime, Lusamba Gode Katalay, a raconté à quel point sa femme était choquée en rentrant à son domicile.

« Belly est rentrée à la maison et m’a tout raconté. L’homme lui a demandé ce qu’elle faisait, pourquoi elle était là, et elle a dit qu’elles travaillaient. L’homme a dit qu’il avait le virus et leur a craché dessus. Ils l’ont signalé ».

Katalay a expliqué que sa femme avait été opérée il y a quatre ans et qu’elle avait des problèmes respiratoires. Dans la semaine qui a suivi l’incident, elle a commencé à se sentir mal et a été admise à l’hôpital le 2 avril.

« C’est la dernière fois que je l’ai vue », a-t-il expliqué au journal Le Guardian.

« Nous avons fait une vidéo WhatsApp à l’hôpital, mais je n’ai plus eu de nouvelles d’elle. Je pensais qu’elle dormait, mais le médecin m’a téléphoné pour me dire qu’elle était morte ».

La police britannique des transports a ouvert une enquête, selon un syndicat, qui a indiqué avoir demandé au régulateur du transport ferroviaire de se pencher sur cette affaire.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En Italie, 700.000 enfants en difficulté alimentaire suite à la crise du Covid-19

Sur leur balcon et dans la rue, les espagnols demandent « la démission du gouvernement »