in , , ,

Les banques centrales ont 12 milliards de dollars d’obligations et actions liés au charbon à faire disparaître


Selon la New Economics Foundation, les principales banques centrales du monde devraient purger de leur bilan les actifs liés au charbon et fixer des règles décourageant le système financier de financer les industries polluantes.

Un rapport du groupe de réflexion basé à Londres estime que les banques centrales de la zone euro, du Royaume-Uni, des États-Unis, du Japon, de la Chine et de la Suisse détiennent plus de 12 milliards de dollars en obligations et actions exposées au charbon.

« Si vous regardez les États-Unis, le Japon ou la Chine, ils ont évidemment une quantité énorme de centrales électriques au charbon et cela se reflète probablement dans les bilans de leurs banques centrales », a déclaré Frank van Lerven, un économiste de la NEF.

Son rapport se concentre sur le charbon en tant que principale source d’émissions de gaz à effet de serre et note que son utilisation pour la production d’électricité devrait tomber à presque zéro d’ici 2050 pour contenir l’augmentation de la température mondiale en dessous de 1,5°C.

Alors que les gouvernements du monde entier étudient des stratégies pour maîtriser le changement climatique, les banques centrales risquent de se retrouver avec des actifs bloqués.

Alors que les décideurs politiques ont exhorté les banques commerciales qu’ils supervisent à s’assurer que leurs bilans peuvent supporter une transition vers une économie à faible émission de carbone, ils ont eux-mêmes insisté sur le fait que les portefeuilles d’assouplissement quantitatif et les avoirs en devises étrangères sont mieux gérés s’ils reflètent le marché.

« La réduction de l’exposition aux actifs du secteur du charbon est un fruit à portée de main pour les banques centrales », a déclaré M. van Lerven. « Si les banques centrales veulent montrer l’exemple et mettre en pratique ce qu’elles prêchent, alors le charbon est le premier endroit où commencer ».

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, s’est engagée à explorer les moyens de lutter contre le changement climatique lors de l’examen des politiques de l’institution. Dans le cadre du réseau pour « l’écologisation » du système financier, la BCE travaille avec plus de 50 de ses pairs à la recherche de solutions politiques potentielles.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Janvier 2020 est le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré

Un bébé né d’une maman souffrant du coronavirus est diagnostiqué avec la maladie