in ,

Extinction. Le Maroc a perdu deux tiers de ses 14 millions de palmiers


Depuis des siècles, les oasis du Maroc abritent des établissements humains, de l’agriculture et un important patrimoine architectural et culturel, grâce également aux routes de caravanes commerciales transsahariennes.

Longtemps tampon contre la désertification, ils ont traversé des cycles de sécheresse au cours des dernières décennies et sont désormais « menacés d’extinction », a averti Greenpeace, en raison de l’impact des températures élevées.

« J’ai grandi dans cette oasis et je l’ai vue rétrécir », explique Mohamed El Houkari, 53 ans, qui vit à Skoura, une zone oasienne rurale d’environ 40 kilomètres carrés.

Jusqu’aux années 80, « les grenadiers et les pommiers fleurissaient ici », explique Houkari, qui fait également partie d’une ONG de développement local.

La région de Skoura attirait les agriculteurs. De nos jours, la plupart des jeunes travaillent ailleurs, bien que certains restent pour le secteur touristique en développement.

« Je suis prêt à vendre ma terre, mais il n’y a personne pour l’acheter. Tout le monde est parti », explique Ahmed, un fermier.

Il observe que l’utilisation de pompes électriques a contribué à la surexploitation des eaux souterraines. Les résidents expliquent qu’ils doivent maintenant creuser plus de 40 mètres pour trouver de l’eau, comparativement à sept à 10 mètres dans les années 1980.

Houkari déplore l’abandon des méthodes traditionnelles – comme le système d’irrigation du canal « khatarat » – qui permettait à l’eau d’être distribuée « économiquement et rationnellement ».

Selon Greenpeace, la fréquence des sécheresses a augmenté en Tunisie, au Maroc, en Syrie et en Algérie au cours des dernières décennies, passant d’une fois tous les cinq ans à une fois tous les deux ans au Maroc.

« Les oasis dépendent des eaux souterraines, qui proviennent généralement de la neige », note Lahcen El Maimouni, un universitaire local, qui affirme que le réchauffement climatique a nui aux oasis.

Les montagnes de l’Atlas, visibles à l’horizon depuis Skoura, sont coiffées de blanc. Mais la neige ne suffit pas à entretenir les lits secs des oueds qui traversent l’oasis, et les effets de la sécheresse sont visibles le long de la route accidentée qui mène à Skoura.

Pour réhabiliter les zones oasiennes, l’agence nationale pour le développement des zones oasiennes a planté trois millions d’arbres, selon son directeur général.

Le Maroc a perdu les deux tiers de ses 14 millions de palmiers au cours du siècle dernier, selon des chiffres officiels. Mais pour Houkari, un habitant de Skoura, sauver les oasis nécessite également de faire prendre conscience du risque de désertification.

« Le danger de disparition des oasis est bien réel », dit-il, devant un canal d’irrigation asséché.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hervé Kempf : « Il y a une régression en matière de politique écologique dans ce pays »

François Jarrige : »Si la question énergétique passe par une accentuation des inégalités, on ira vers tes tensions sociales »