in , ,

Washington ordonne à Pékin la fermeture immédiate d’un consulat : la tension monte


Le rédacteur en chef du Global Times avait affirmé plus tôt que Washington avait demandé à Pékin de fermer l’un de ses cinq consulats dans le pays, en particulier celui situé à Houston, au Texas. Le ministère chinois des Affaires étrangères a par la suite confirmé ce rapport.

Les États-Unis ont demandé à la Chine de fermer son bureau des passeports et des visas au consulat général de Chine à Houston, au Texas, selon le rédacteur en chef du Global Times, cité par Reuters. Le ministère chinois des Affaires étrangères a confirmé, affirmant que Washington avait « brusquement » informé Pékin de fermer son consulat du Texas en moins de 72 heures.

Selon un briefing quotidien du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Wang Wenbin, Pékin a fermement condamné cette décision et a appelé les États-Unis à annuler cette décision, tout en suggérant des mesures de rétorsion en réponse.

Au cours de la réunion, Wang Wenbin a également qualifié la décision américaine de « provocation politique » et de « grave violation du droit international ».

« La Chine condamne fermement cette décision révoltante et injustifiée, sapant les relations sino-américaines … La Chine appelle les États-Unis à abolir immédiatement cette décision erronée », a ajouté le responsable.

Pékin exploite actuellement cinq consulats généraux aux États-Unis, dont ceux de New York, Chicago, San Francisco et Los Angeles, ainsi que l’ambassade de Chine à Washington DC. 

Selon le KPRC 2 local, citant le département de police de Houston, la police et les pompiers ont répondu plus tôt aux informations faisant état d’un incendie dans la cour du consulat mardi soir.

Des documents chinois brûlés en urgence

La police et les pompiers de Houston ont confirmé que des documents auraient été brûlés dans la cour du consulat général de Chine à Houston.

Les policiers de Houston (HPD) ont déclaré avoir commencé à recevoir des rapports selon lesquels des documents étaient brûlés juste après 20 heures au 3417 Boulevard Montrose où se trouve le consulat.

Une petite quantité de fumée pouvait être vue et sentie de l’extérieur. Des dizaines de pompiers de Houston sont arrivés sur les lieux mais ils ne sont pas entrés dans la propriété.

«On pouvait juste sentir le papier brûler», a déclaré un témoin sur les lieux à KPRC 2. «Mais, tous les pompiers entouraient juste le bâtiment. Ils ne pouvaient pas entrer ».

Des vidéos partagées par un spectateur qui vit à côté du consulat montrent plusieurs poubelles ouvertes ou conteneurs en feu. On pouvait voir des gens jeter des objets dans les poubelles enflammées.

La destruction en urgence des documents par les employés du Consulat chinois rappelle des films d’espionnages où les dossiers ne doivent pas tomber entre les mains de l’ennemi. Un scénario de conflit ouvert entre les deux superpuissances se dessine au fil des semaines.

Les tensions augmentent entre Washington et Pékin

En décembre, Washington avait déjà discrètement expulsé deux diplomates chinois soupçonnés d’espionnage après leur déplacement vers une base militaire en Virginie. Mais le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, avait rejeté ces affirmations et avait qualifié les accusations de « totalement contraires aux faits ».

La Chine et les Etats-Unis sont maintenant en désaccord sur presque tous les fronts. Donald Trump a longtemps accusé Pékin d’être responsable de la propagation du coronavirus qu’il appelle « le virus chinois ». Washington a également critiqué à plusieurs reprises l’action de Pékin à Hong Kong et au Xinjiang. Plusieurs entreprises chinoises ont été placées sur une liste noire économique suite à des accusations de violations présumées des droits de l’homme au Xinjiang.

Au cours des derniers mois, Pékin a expulsé une dizaine de journalistes représentant les médias américains alors que Washington a imposé nouvelles restrictions de visa sur les ressortissants chinois travaillant comme journalistes aux États-Unis. Enfin, la Maison Blanche a fait pression sur les pays anglo-saxons pour qu’ils rejettent la mise en place de la 5G par le leader chinois Huawei. Même la célèbre application Tik Tok est menacée d’interdiction sur le territoire américain.

Likez notre page facebook!

Le secrétaire d’état américain, Mike Pompeo, a déclaré que les États-Unis souhaitent mettre en place une coalition mondiale « qui comprend la menace posée par la Chine ». De grandes exercices militaires américaines ressemblant à un avertissement contre Pékin ont lieu actuellement dans le Pacifique et l’Océan Indien. Une démonstration militaire que les chinois ont condamné.

De son côté le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a déclaré que Washington comptait sur ses partenaires asiatiques pour aider à freiner une Chine de plus en plus agressive, accusant Pékin d’intimider les pays du Pacifique.

Dans un récent éditorial, le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin, avait assuré qu’il pourrait bien y avoir un conflit entre les deux superpuissances.

« Si la Chine, en tant que grande puissance, est encore soumise à de sérieuses provocations militaires, nous n’avons rien à penser sauf à relever le défi. La Chine répondra à l’appel et vaincra sûrement les États-Unis à notre porte », écrit Hu Xijin.

Les élections américaines arrivent et Donald Trump pourrait bien utiliser la fibre patriotique pour se faire réélire. Le Président américain en difficulté dans les sondages suite à sa gestion catastrophique de la pandémie de Covid-19 semble avoir placé tous ses espoirs dans une nouvelle guerre froide. La Chine pourrait bien devenir le nouvel URSS dont l’économie du monde se serait bien passée en pleine crise économique mondiale.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Emmanuel Todd : « Les forces de l’ordre cognent pour Macron, elles ont éborgné ! »

Greta Thunberg gagne 1 million d’euros et les donne à plusieurs associations écologistes