Don du sang : appel d’urgence face à des réserves « très basses »

Cet été n’a pas été une période propice au don du sang en raison de la crise sanitaire, des vacances estivales et de la canicule. Par voie de conséquence, l’Etablissement français du sang (ESF) alerte sur des réserves qui sont « très basses » et lance « un appel d’urgence » aux dons.

« La rentrée risque d’être critique s’il n’y a pas un sursaut dès maintenant », alerte l’EFS.

« Nous avons aujourd’hui moins de 86 000 poches de globules rouges en réserve et il nous faut au moins 100 000 poches pour avoir un niveau de réserve confortable et ainsi disposer de suffisamment de poches de chaque groupe sanguin dans tous les hôpitaux du territoire français », a rapporté ce vendredi une porte-parole de l’EFS.

Malgré des initiatives comme des collectes dans les stations balnéaires mises en place cet été,  » les réserves n’ont cessé de baisser depuis le 15 juillet, où nous avions environ 115 000 poches de globules rouges en réserve », a-t-elle ajouté.

Des besoins face à « un contexte sanitaire très incertain »

L’ESF espère atteindre le nombre de 120 000 poches en réserve à la mi-septembre « pour pouvoir faire face aux différents scénarios dans un contexte sanitaire très incertain. »

« Les mois à venir vont être difficiles pour l’EFS qui collecte habituellement beaucoup dans les entreprises et universités : avec le Covid-19, beaucoup d’entreprises n’accueillent plus de collecte de sang. »

« Il faut que le don de sang devienne un geste du quotidien, que les donneurs pensent à donner et redonner plusieurs fois par an », a souligné François Toujas, président de l’EFS.

Les produits sanguins limités dans le temps

L’ESF a besoin de 10 000 dons par jour expliquant « que les dons de sang doivent être réguliers et constants car la durée de vie des produits sanguins est limitée : sept jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges ».

Les Émirats arabes unis responsables du massacre de 26 cadets non armés en Libye

La campagne anti-gaspillage en Chine inquiète sur une possible crise alimentaire