in

Le vapotage rend les adolescents jusqu’à 7 fois plus susceptibles d’attraper le Covid-19


Une nouvelle étude de Stanford lie le vapotage à un « risque considérablement accru » d’attraper le COVID-19 chez les adolescents et les jeunes adultes. 

L’échantillon américain de plus de 4000 participants réalisé en mai a révélé que les personnes qui vapotaient étaient cinq à sept fois plus susceptibles d’être infectées par le nouveau coronavirus, par rapport à celles qui ne vapotaient pas.

Parmi les sujets testés pour le COVID-19, ceux qui avaient déjà utilisé des e-cigarettes étaient cinq fois plus susceptibles d’être testés positifs au virus que les non-utilisateurs. Et ceux qui avaient utilisé à la fois des e-cigarettes et des cigarettes au cours du dernier mois étaient 6,8 fois plus susceptibles d’être diagnostiqués avec la maladie.

Les adolescents qui fumaient et vapotaient étaient également cinq fois plus susceptibles de signaler des symptômes de coronavirus, notamment de la toux, de la fièvre, de la fatigue et des difficultés respiratoires, par rapport à ceux qui n’avaient jamais fumé ou vapoté. Et ce même groupe avait de deux à neuf fois plus de chances de subir un test de dépistage du virus que les non-fumeurs, probablement parce qu’ils étaient plus susceptibles de présenter des symptômes.

« Les jeunes peuvent croire que leur âge les empêche de contracter le virus ou qu’ils ne ressentiront pas de symptômes du COVID-19, mais les données montrent que ce n’est pas vrai chez ceux qui vapotent », a écrit dans un communiqué l’auteur principal de l’étude, le Dr Shivani Mathur Gaiha.

 « Cette étude nous dit assez clairement que les jeunes qui utilisent des vapoteurs ou qui utilisent les deux [e-cigarettes et cigarettes] courent un risque élevé, et ce n’est pas seulement une légère augmentation du risque; c’est un gros problème.

Likez notre page facebook!

Un récent rapport de l’Université de San Francisco a toutefois suggéré que le tabagisme, y compris les e-cigarettes, doublait le risque que les jeunes adultes (âgés de 18 à 25 ans) tombent gravement malades à cause de la COVID-19.

« Une conclusion clé est que le facteur le plus répandu conférant une vulnérabilité médicale à la maladie COVID-19 grave chez les jeunes adultes est le tabagisme », ont écrit les auteurs.

Et des recherches antérieures ont suggéré un lien entre la vaporisation et les maladies pulmonaires et cardiaques. L’American Heart Association a également recommandé récemment que les gens « ne fument pas et ne s’enivrent pas de toute substance, y compris de produits à base de cannabis, en raison des dommages potentiels pour le cœur, les poumons et les vaisseaux sanguins ».

Dans la lignée d’autres recherches récentes sur le COVID-19, l’étude a révélé qu’un statut socio-économique inférieur et une ethnicité hispanique ou multiraciale étaient liés à un risque plus élevé d’être diagnostiqué avec la maladie.

En plus d’avertir les adolescents et les jeunes adultes des dangers du vapotage, les chercheurs espèrent que leurs conclusions inciteront la Food and Drug Administration à resserrer davantage la réglementation régissant la façon dont les produits de vapotage sont vendus aux jeunes.

L’étude a été financée par le Taube Research Faculty Scholar Endowment; l’Institut national du cœur, des poumons et du sang (subvention U54 HL147127); et le Centre d’administration des produits du tabac de la Food and Drug Administration.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Le capitalisme peut-il faire face aux défis environnementaux ? » Heu?reka

Emmanuel Macron renforce la présence militaire en Méditerranée face à la Turquie