Selon des experts britanniques, le mystérieux virus chinois pourrait déjà avoir touché 1700 personnes

cover r4x3w1000 5e21c15664c05 000 1nt0eg

Le nombre de personnes déjà infectées par le virus mystère émergeant en Chine est bien plus élevé que ne le suggèrent les chiffres officiels, ont déclaré des scientifiques.

Les experts britanniques estiment un chiffre proche de 1700 cas, très loin des chiffres chinois évoquant seulement 60 cas confirmés, touchés par ce nouveau virus.

Deux personnes sont décédées des suites d’une maladie respiratoire, apparue dans la ville de Wuhan en décembre.

« Je suis beaucoup plus préoccupé qu’il y a une semaine », a déclaré le professeur Neil Ferguson, spécialiste des épidémies interrogé par la BBC.

Les travaux ont été menés par le MRC Center for Global Infectious Disease Analysis de l’Imperial College de Londres, qui conseille des organismes tels que le gouvernement britannique et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Singapour et Hong Kong contrôlent les passagers aériens de Wuhan, et les autorités américaines ont annoncé des mesures similaires à partir de vendredi dans les trois grands aéroports de San Francisco, Los Angeles et New York.

Bien que l’épidémie soit centrée sur la ville centrale de Wuhan en Chine, il y a eu deux cas en Thaïlande et un au Japon.

« Pour Wuhan, avoir exporté trois cas vers d’autres pays impliquerait qu’il devrait y avoir beaucoup plus de cas que ce qui a été signalé, a déclaré le professeur Ferguson. »

Selon les calculs des scientifiques britanniques il pourrait bien y avoir 1 700 cas. Le professeur Ferguson a déclaré qu’il était « trop ​​tôt pour être alarmiste » mais qu’il était « beaucoup plus préoccupé » qu’il y a une semaine.

Les autorités chinoises disent qu’il n’y a eu aucun cas de transmission du virus d’une personne à une autre. Selon elles, le virus a franchi la barrière des espèces et provient d’animaux infectés dans un marché de fruits de mer et d’animaux sauvages à Wuhan.

« Les spécialistes devraient envisager plus sérieusement la possibilité d’une transmission interhumaine substantielle qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent », a indiqué Fergusson.

« Il serait peu probable dans mon esprit, étant donné ce que nous savons sur les coronavirus, que l’exposition des animaux soit la principale cause d’un tel nombre d’infections humaines. »

Le bureau chinois de l’OMS a déclaré que l’analyse britannique était utile et aiderait les responsables à planifier la riposte à l’épidémie.

ASY9Qv2zAiA

Automatisation des emplois | Bernard Stiegler : « L’effondrement viendra peut-être de ça »

RcTgh8 R920

Les climatosceptiques | Amis des lobbys