in ,

Le président Bolsonaro photographié avec deux suspects du meurtre d’une femme politique

Commenter

A flag depicting the image of murdered council woman Marielle Franco is seen during the second night of Rio's Carnival parade at the Sambadrome in Rio de Janeiro, on March 5, 2019. (Photo by CARL DE SOUZA / AFP)

Jair Bolsonaro est au centre d’un nouveau scandale au Brésil. Un cliché du président d’extrême droite avec un homme suspecté du meurtre d’une femme politique provoque un tollé.

Des personnalités de l’opposition brésilienne et des observateurs des Droits de l’Homme ont fait part de leur indignation après l’apparition d’un cliché compromettant pour le président Jair Bolsonaro. On le voit pouce levé avec un homme arrêté dans le cadre d’une enquête pour meurtre de la conseillère municipale de Rio de Janeiro Marielle Franco.

Marielle Franco, conseillère socialiste populaire et étoile montante de la politique de Rio, qui a lutté contre les violences policières dans les favelas de la ville, a été tuée l’année dernière avec son chauffeur Anderson Gomes.

Josinaldo Lucas Freitas, instructeur d’arts martiaux, a été arrêté jeudi. Il est accusé d’avoir jeté à la mer les armes utilisées pour perpétrer le meurtre.

Peu après son arrestation, deux photos de lui posant avec Bolsonaro et une avec Carlos, le fils du président, conseiller municipal de Rio, ont été publiées par l’hebdomadaire conservateur Veja.

« Cela exige une réponse. Le président doit expliquer au public quel genre de relation il avait avec ce type », a déclaré Antônio Carlos Costa, fondateur de l’ONG Rio de Paz (Rio de Paix).

Trois autres personnes ont également été arrêtées jeudi matin, dont l’épouse de Ronnie Lessa, ancien capitaine de police des forces spéciales et chef présumé d’un gang de tueurs à gages.

Lessa est accusée d’avoir tiré les coups de feu mortels et attend son procès dans une prison fédérale. Cependant, la question de savoir qui est le commanditaire demeure.

« Nous continuons de suivre l’évolution des enquêtes et, tout de même, nous sommes très préoccupés par le retard pris dans la découverte des commanditaires du crime « , a écrit Jurema Werneck, directrice générale d’Amnesty International Brésil, dans un communiqué de presse.

C’est la deuxième fois que le président est photographié aux côtés d’un suspect de l’assassinat politique le plus médiatisé ces dix dernières années au Brésil.

En mars, une photo de Bolsonaro avec Élcio Vieira de Queiroz, un ancien policier accusé d’avoir conduit la voiture utilisée lors du meurtre de Franco, a circulé sur les médias sociaux.

« Un autre[suspect] qui a une photo avec le président. Les relations de Bolsonaro avec les milices doivent faire l’objet d’une enquête urgente « , a tweeté Guilherme Boulos, un homme politique de gauche.

L’arrestation de Queiroz a semblé étayer le soupçon que Franco avait été pris pour cible par les gangs paramilitaires connus sous le nom de « milices » qui contrôlent de larges portions de Rio et qui sont habituellement composées ou commandées par des policiers actifs ou retraités.



Commenter

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Extinction Rebellion Italie 2 Paris

Grand succès pour l’opération occupation d’ #Italie2 par Extinction Rebellion

Pourquoi Greta Thunberg fait peur | Abdel en Vrai