in

Le plan audacieux d’Oxford pour une économie circulaire des plastiques sans carbone

SciTechDaily

L’Université d’Oxford propose un plan pour une économie durable du plastique, axé sur une demande réduite, des ressources renouvelables, un recyclage accru et des méthodes de production plus propres. Crédit : Issues.fr.com

Des chercheurs d’Oxford présentent une feuille de route pour une économie durable et zéro plastique, plaidant pour une demande réduite, des matières premières renouvelables, une augmentation significative du recyclage et l’intégration des énergies renouvelables.

Des chercheurs du programme Oxford Martin sur l’avenir des plastiques, Université d’Oxford, ont défini des objectifs ambitieux pour contribuer à la réalisation d’une économie durable et zéro plastique. Dans un article publié dans Natureles auteurs plaident en faveur d’une refonte des paradigmes techniques, économiques et politiques qui ont enraciné le statu quo, celui d’une augmentation des émissions de carbone et d’une pollution incontrôlée.

L’état actuel des plastiques dans le monde

Actuellement, le système mondial du plastique génère plus d’une gigatonne par an (Gt/an) d’émissions d’équivalent dioxyde de carbone, ce qui équivaut aux émissions totales combinées des trois plus grandes économies européennes (Royaume-Uni, Allemagne et France).(1) Si rien n’est fait, ces émissions pourraient atteindre 4 à 5 Gt/an, d’autres sources de pollution étant également préoccupantes.(2) Un autre problème est le manque de recyclage efficace : en 2019, seuls 9 % des déchets plastiques mondiaux ont été transformés en nouveaux produits grâce au recyclage mécanique. La majorité a fini dans des décharges ou a été incinérée, et une proportion importante a été mal gérée, finissant par polluer les écosystèmes terrestres et marins.(3)

Interventions proposées et cibles

Les auteurs analysent le système mondial actuel et futur du plastique, proposant des interventions techniques, juridiques et économiques d’ici 2050 pour lui permettre de passer à zéro émission nette et de réduire d’autres impacts environnementaux négatifs. L’étude comprend un scénario futur centré sur quatre cibles :

  • Réduire de moitié la demande future de plastiques, en remplaçant et en éliminant la surutilisation de matières et de produits en plastique.
  • Changer la façon dont les plastiques sont fabriqués pour remplacer les combustibles fossiles comme source d’hydrocarbures afin d’utiliser uniquement des matières premières renouvelables, notamment les déchets de biomasse et le dioxyde de carbone.
  • Pour les plastiques récupérables, maximiser le recyclage de manière très significative, en visant un recyclage de 95 % des matériaux récupérables à partir des déchets.
  • Intégrer la fabrication et le recyclage du plastique aux énergies renouvelables et minimiser tous les autres impacts environnementaux négatifs, y compris ceux des additifs.

La nécessité d’une action collective

Les auteurs soulignent la nécessité d’une action concertée dans les quatre domaines cibles pour garantir que les systèmes mondiaux de plastique réduisent leurs impacts climatiques et atteignent les objectifs de développement durable des Nations Unies.

Charlotte Williams, professeur de chimie au département de chimie de l’Université d’Oxford et auteur principal, a déclaré :

« Nous avons besoin de plastiques et de polymères, notamment pour les futures technologies à faibles émissions comme les véhicules électriques, les éoliennes et pour de nombreux matériaux essentiels du quotidien. Notre système mondial actuel en matière de plastiques est totalement insoutenable, et nous devons mettre en œuvre cette série de mesures très audacieuses à grande échelle et rapidement. Il s’agit d’un problème qui peut être résolu, mais il nécessite une action cohérente et combinée, notamment de la part des fabricants de produits chimiques.

Concevoir un avenir durable pour les plastiques

Pour réussir la transition du système plastique, les auteurs ont défini des principes garantissant une « conception de matériaux intelligents » et différenciant les plastiques récupérables et irrécupérables après utilisation, notant qu’il n’existe pas de solution universelle. Les auteurs proposent plutôt une utilisation prudente des principes de conception pour aider à sélectionner les méthodes de production optimales et l’utilisation appropriée des ressources, à fournir les performances requises, à garantir la gestion des déchets et à minimiser les impacts environnementaux plus larges. Une chronologie des interventions technico-économiques, politiques et juridiques aide les lecteurs à se concentrer sur les actions nécessaires pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050.

Appel urgent à l’action

« Le moment d’agir est arrivé, nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre plus longtemps », a conclu le co-auteur de l’étude Fernando Vidal, chercheur postdoctoral en chimie à POLYMAT en Espagne et ancien boursier de l’Oxford Martin School sur l’avenir des plastiques.

« Nous devons changer nos concepts sur la façon dont nous fabriquons, utilisons et éliminons les plastiques, sinon nous risquons de perpétuer ce problème. Le prochain traité mondial des Nations Unies sur le plastique est l’occasion d’opérer un changement durable dans la bonne direction.

Cameron Hepburn, professeur Battcock d’économie environnementale à la Smith School of Enterprise and the Environment d’Oxford, co-auteur de l’étude, a déclaré : « Le problème est que les plastiques, tout en contribuant énormément à la pollution mondiale et aux émissions de gaz à effet de serre, sont extraordinairement utiles. Nos recherches révèlent qu’il est possible de créer une économie circulaire pour les plastiques afin de réduire leurs impacts négatifs, mais seulement si nous pouvons réduire la demande future de moitié, passer à des plastiques renouvelables qui ne sont pas fabriqués à partir de combustibles fossiles, recycler 95 % de ce qui reste. , et minimiser les impacts environnementaux à chaque étape du processus.

« Le défi est énorme, mais nous présentons une feuille de route pour transformer l’ensemble du système, notamment par une conception intelligente des plastiques, des interventions économiques et juridiques et l’abandon de la surconsommation. »

Remarques:

  1. « Stratégies pour réduire l’empreinte carbone mondiale des plastiques » par Jiajia Zheng et Sangwon Suh, 15 avril 2019, Changement climatique.
    DOI : 10.1038/s41558-019-0459-z
  2. « Vers des plastiques circulaires à l’intérieur des frontières planétaires » par Marvin Bachmann, Christian Zibunas, Jan Hartmann, Victor Tulus, Sangwon Suh, Gonzalo Guillén-Gosálbez et André Bardow, 6 mars 2023, Durabilité de la nature.
    DOI : 10.1038/s41893-022-01054-9
  3. Perspectives mondiales sur les plastiques : moteurs économiques, impacts environnementaux et options politiques
SciTechDaily

Dévoilement du protecteur secret du cholestérol contre la mort cellulaire

SciTechDaily

Contre toute attente, les loutres de mer mènent la charge dans la restauration de l’estuaire