in

Il prétendait que le coronavirus était « une fausse crise ». Puis il l’a contracté et a changé d’avis.


Un homme habitant la Floride, qui pensait que le coronavirus était « une fausse crise », a changé d’avis une fois que lui et sa femme aient contracté le COVID-19.

Brian Hitchens a longtemps minimisé la gravité du coronavirus dans ses messages sur Facebook avant de se rendre compte de la dangerosité de l’épidémie. En mars et avril, il écrivait sur les réseaux sociaux ne pas craindre le virus.

« J’honore ce que notre gouvernement dit de faire pendant cette épidémie mais je ne crains pas ce virus car je sais que mon Dieu est plus grand que ce virus ne le sera jamais », a-t-il écrit dans un post le 2 avril. « Jésus est le Roi des Rois et le Seigneur des Seigneurs. »

A la mi-avril, Hitchens, 46 ans, a commencé à s’inquiéter pour sa santé et celle de sa femme après quelques symptômes de la maladie.

« J’ai été malade à la maison pendant plus d’une semaine. Ma femme et moi sommes tous les deux malades à la maison », a-t-il écrit dans un post le 18 avril. « Je n’ai pas d’énergie et tout ce que je veux, c’est dormir. »

Un jour plus tard, Hitchens et sa femme, Erin, ont été admis au Palm Beach Gardens Medical Center, a déclaré Hitchens dans un post sur Facebook.

Dans un long post le 12 mai, Hitchens a déclaré qu’il faisait partie de ceux qui pensaient que le coronavirus « est une fausse crise » qui était « disproportionnée » et « n’était pas si grave ». Cela a changé lorsqu’il a commencé à se sentir malade en avril et qu’il a cessé de travailler, a-t-il écrit.

Hitchens a déclaré qu’il « avait eu juste assez d’énergie » pour se rendre avec sa femme au Palm Beach Gardens Medical Center le 19 avril, où ils ont tous deux été testés positifs au virus.

« Ils nous ont admis tout de suite et nous sommes tous les deux allés aux soins intensifs », a-t-il écrit. « J’ai commencé à me sentir mieux quelques jours plus tard, mais l’état de ma femme a empiré au point qu’ils l’ont mise sous sédatif et sous respirateur ».

Hitchens a déclaré qu’il n’avait jamais eu de douleurs terribles mais qu’il se sentait faible et épuisé. Il a expliqué qu’il se sentait mieux le 12 mai, soit trois semaines après son hospitalisation, et qu’il était toujours atteint par le COVID-19. Il a également dit qu’il avait une pneumonie dans les poumons.

« A ce jour, ma femme est toujours sous sédatif et sous respirateur, sans aucun signe d’amélioration », a écrit Hitchens.

« Il ont essayé à plusieurs reprises de la sevrer du respirateur, mais dès que cela est fait, son niveau d’oxygène chute et ils doivent la remettre sous respirateur à plein temps ».

Il a écrit que sa femme avait déjà été malade « plusieurs fois » dans le passé et qu’elle s’est toujours battue. Cette fois, il s’inquiète : « J’en suis venu à accepter que ma femme puisse mourir ».

Hitchens, qui n’a pas pu voir sa femme depuis leur hospitalisation, a indiqué qu’il gardait l’espoir qu’elle s’en remette.

« Il n’y a rien à faire dans cette affaire, s’il vous plaît, écoutez les autorités et tenez compte des conseils des experts », a-t-il écrit.

« Nous n’avons pas à craindre cela et en tenant compte des conseils, cela ne signifie pas que vous le craignez, mais que vous faites preuve de sagesse en cette période d’épidémie.

Le post du 12 mai, dans lequel il implorait les gens de « faire preuve de sagesse », a été partagé plus de 500 fois.

« Avec le recul, j’aurais dû porter un masque au début mais je ne l’ai pas fait et peut-être que j’en paie le prix maintenant », a-t-il écrit.

« Pensez donc à ce que je vous ai dit et si vous devez sortir, faites preuve de sagesse et ne soyez pas stupide comme moi … ainsi la même chose ne vous arrivera pas comme cela nous est arrivé à ma femme et moi », a-t-il écrit.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus. 108 millions de chinois de nouveau confinés après une augmentation des cas

Macron masques rupture

Emmanuel Macron: « Nous n’avons jamais été en rupture » de masques