in ,

Chili : au moins 220 civils éborgnés par des tirs de la police


Le Chili doit réformer de toute urgence ses forces de police après de graves violations des droits humains commises au cours de plus de cinq semaines de manifestations, a déclaré Human Rights Watch (HRW).

Une équipe du groupe de défense des droits a enquêté sur des allégations de violations des droits de l’homme au cours de la crise sociale et politique que traverse le pays, provoquée par des manifestations contre l’inégalité et la répression.

L’annonce faite par HRW vient renforcer un rapport accablant d’Amnesty International publié récemment selon lequel les forces de sécurité chiliennes auraient délibérément blessé des manifestants afin de susciter la peur et de décourager les manifestations.

« Il existe des centaines de plaintes inquiétantes concernant le recours excessif à la force dans les rues et les abus contre les détenus, notamment des passages à tabac brutaux et des abus sexuels, qui devraient faire l’objet d’une enquête rapide et approfondie afin de garantir l’accès des victimes à la justice », a déclaré Jose Miguel Vivanco, directeur de Amériques de HRW.

HRW a interrogé plus de 70 personnes à Santiago et à Valparaiso en novembre, notamment des victimes de balles de plombs ou des cartouches de gaz lacrymogène et des victimes de violences sexuelles présumées et de tortures en détention.

L’équipe a également interrogé des policiers blessés par des manifestants, des représentants des services de santé, de la société civile et des représentants du gouvernement.

HRW a déclaré avoir regroupé des « preuves convaincantes » selon lesquelles la police avait eu recours à une force excessive pour répondre aux manifestations de protestation.

« Des problèmes tels que l’utilisation aveugle et inappropriée d’armes à feu anti-émeute et de fusils à plomb, les mauvais traitements infligés à des détenus placés en détention ont entraîné de graves violations des droits de nombreux Chiliens. C’est précisément pourquoi des réformes de la police sont nécessaires de toute urgence », a déclaré Vivanco.

Les carabiniers, des forces de police armées chiliennes, ont utilisé presque quotidiennement des gaz lacrymogènes, des canons à eau et des armes à feu en métal et caoutchouc pour disperser des manifestations violentes et pacifiques.

Selon le ministère chilien de la Santé, les services d’urgence ont traité 11 564 personnes blessées lors des manifestations du 18 octobre au 22 novembre.

HRW a confirmé que la police utilisait des fusils de chasse à plomb qui dispersaient « sans discernement » et pouvaient nuire à toute personne se trouvant sur leur passage. Ronald Barrales, par exemple, participait à une manifestation à Santiago le 11 novembre lorsque des personnes ont commencé à jeter des pierres sur un camion de la police, a déclaré le jeune homme de 36 ans à HRW. Barrales essayait de passer quand un policier l’a visé à huit mètres de distance avec un fusil et l’a touché au ventre, à la poitrine et à l’œil gauche avec des balles à plomb. Il ne retrouvera jamais la vue de cet œil.

Barrales fait partie des 220 victimes qui ont perdu un œil lors des manifestations contre les réformes néolibérales du régime chilien.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Un commentaire

Laisser un commentaire

    Un ping

    1. Pingback:

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Pour le Pape François, la crise climatique est un « défi de civilisation »

    Nicolas Hulot : « Ce n’est pas moi qui suis radicalisé, c’est la situation et l’issue qui sera radicale! »