in ,

Nicolas Hulot : « Nous avons appris que Monsanto avait demandé à une officine belge de s’occuper de ta réputation »


Imprimé écran du documentaire « La vie est dans le pré »,

FranceInfo a mis en ligne quelques extraits d’un documentaire intitulé La vie est dans le pré qui doit être diffusé le 27 février sur France 3. Nicolas Hulot revient sur les coulisses du pouvoir qu’il a pu découvrir alors qu’il était Ministre de la Transition écologique et solidaire .

Dans un premier court extrait, il raconte l’une des principales raisons de son départ du gouvernement Edouard Philippe. Alors qu’il était présenté comme numéro 3, Nicolas Hulot s’est vite retrouvé sans réel pouvoir pour organiser les réformes nécessaires à une transition écologique.

« J’étais censé être ministre d’Etat et numéro trois du gouvernement mais c’était juste pour la façade ! », lance Nicolas Hulot.

Nicolas Hulot rapporte ses conflits constants avec le Ministre de l’Agriculture de l’époque, Stéphane Travert, et l’impossibilité de changer la politique environnementale depuis l’intérieur du pouvoir.

En plus des difficultés qu’il rencontre au sein du gouvernement, l’ancien Ministre de l’Ecologie doit faire face aux lobbys. Il raconte comment il aurait été indirectement menacé par Monsanto via un PDG d’une des plus grosses entreprises françaises travaillant dans le domaine de l’environnement.

« Nous avons appris que Monsanto avait demandé à une officine belge de s’occuper de ta réputation », lui dit son interlocuteur.

Après ce coup de téléphone qui l’a troublé, Nicolas Hulot se décide à parler au Premier Ministre Edouard Philippe. Étrangement, le Chef du gouvernement lui demande « d’oublier ».

 J’étais peut-être un peu naïf (…), je pensais qu’un ministre c’était un minimum protégé. »

Nicolas Hulot a toujours été très discret sur son passage au gouvernement. Malgré ces nombreuses interviews, il a toujours refusé critiquer la politique environnementale d’Emmanuel Macron.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réparer le monde d’après : Alain Damasio et Pablo Servigne sont en 2120…

Clément Viktorovitch décortique la communication des Balkany