in ,

Un salarié licencié après s’être rendu au bureau avant le résultat du test Covid


Un employé de l’association française du logement a été licencié pour faute grave après son retour au bureau avant de recevoir le résultat de son test de coronavirus qui s’est avéré positif.

Sébastien Klem, 41 ans, a insisté sur le fait qu’il ne savait pas qu’il avait le virus et n’a fait un test que parce qu’il passait devant un centre de diagnostic et a vu qu’il n’y avait aucune file d’attente.

 «A part une légère toux, je n’ai pas eu d’autre symptôme», a-t-il déclaré.

« Tout ce que j’ai fait, c’est suivre les recommandations du gouvernement. Le conseil de se faire tester était partout dans les médias. Je me sentais en forme. »

Après avoir passé le test en juillet, Sébastien Klem est retourné à son bureau. Ce soir-là, il a reçu le résultat positif et a immédiatement informé son employeur HLM M2A, une association de logement social, et s’est isolé pendant 14 jours avec sa fille de quatre ans.

Un mois plus tard, cependant, ses employeurs, basés à Mulhouse dans l’est de la France , ont mis fin à son contrat dans une lettre qui disait:

«Malgré la réalisation d’un test le matin du 16 juillet 2020, et malgré le risque de mettre d’autres collègues en danger, vous avez repris votre activité professionnelle dans l’après-midi et vous êtes mêlé à des collègues de travail lorsque vous aviez des doutes sur votre état de santé..

«Votre comportement est totalement irresponsable et constitue une violation de votre obligation de sécurité. On ne se fait pas tester si l’on ne soupçonne pas d’avoir le virus ».

Les anciens collègues de Sébastien Klem ont contesté sa version des événements. L’un d’eux a déclaré à France3 qu’il était «pâle, avait les yeux rouges et une forte toux».

Eric Peter, le directeur général de HLM M2A, a déclaré:

«Il a dit à ses collègues qu’il avait de la fièvre. Ils nous ont fait des déclarations écrites à cet effet. Nous ne jouons pas avec la vie des gens. Etant donné la gravité de ce qui s’est passé, il n’y avait pas d’autre punition possible ».

La société a également accusé Sébastien Klem d’ignorer une lettre envoyée en mai décrivant les précautions sanitaires pendant la crise sanitaire, qui suggérait que le personnel devrait travailler à domicile s’il présentait le «moindre symptôme». Le document, cependant, ne mentionnait pas de toux.

Sébastien Klem, qui n’a transmis le virus à aucun de ses collègues ou membres de sa famille, conteste son limogeage devant un tribunal du travail. Il a dit qu’il avait un certificat médical de l’époque qui montrait qu’il avait une toux légère et aucun autre symptôme.

«Je suis allé passer un examen et je suis puni. Je suis maintenant au chômage. Si je n’avais pas fait le test, j’aurais toujours mon travail, sauf que j’aurais peut-être tué quelqu’un », dit-il.

Likez notre page facebook!


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

VIDEO. Un policier chilien jette d’un pont un adolescent qui manifestait

Paris passe en alerte maximale Covid-19, les bars fermés