in ,

La Chine exhorte les entreprises alimentaires à augmenter leurs stocks


La Chine a demandé aux sociétés commerciales et aux transformateurs de denrées alimentaires d’augmenter leurs stocks de céréales et d’oléagineux face à une éventuelle deuxième vague épidémique, l’aggravation du nombre de cas au Brésil et suite aux tensions avec les Etats-Unis.

Les négociants en céréales, tant publics que privés, ainsi que les producteurs de denrées alimentaires ont été invités à se procurer des volumes plus importants de soja, d’huile de soja et de maïs lors d’appels du ministère chinois du commerce ces derniers jours.

« Il y a une possibilité de rupture dans les chaînes d’approvisionnement en raison des infections par le coronavirus. Par exemple, un port d’origine ou de destination pourrait fermer », a déclaré un responsable de l’une des principales entreprises chinoises de transformation des aliments.

« Ils nous ont conseillé d’augmenter les stocks, de maintenir les approvisionnements à un niveau supérieur à celui que nous avons habituellement. Les choses ne se présentent pas bien au Brésil », a-t-il ajouté, faisant référence au principal fournisseur de soja de la Chine.

Le Brésil a passé le cap des 15 500 morts dus à l’épidémie de coronavirus. Au moins 233 142 cas positifs ont été détectés mais les observateurs jugent que le nombre réel de personnes infectées dans le pays pourrait être quinze fois supérieur.

Les expéditions brésiliennes de soja ont été retardées en mars et avril en raison de la combinaison de fortes pluies et d’une réduction des effectifs due aux mesures de confinement, ce qui a entraîné une chute des stocks de soja chinois à un niveau record.

Les arrivées en provenance du Brésil ont depuis rebondi, mais les autorités chinoises restent prudentes face à de nouvelles perturbations.

Tensions avec les Etats-Unis

L’autre raison qui pousse la Chine à augmenter ses stocks venus d’Amérique du Sud serait la crainte d’une aggravation des tensions avec les Etats-Unis.

Face à la montée des tensions, le conglomérat agricole public chinois COFCO et l’organisme étatique supervisant les réserves céréalières, Sinograin ont intensifié leurs achats de soja et de maïs américains ces dernières semaines.

Les importateurs chinois ont acheté au moins quatre cargaisons, soit environ 240.000 tonnes, de soja américain lundi pour une expédition débutant en juillet, ont déclaré deux négociants familiers avec ces transactions.

Pékin a également augmenté ses allocations de quotas d’importation de récoltes aux principaux acheteurs de céréales, ouvrant la voie à d’autres achats potentiels.

Dans le cadre d’un accord commercial signé entre Washington et Pékin en janvier, la Chine a accepté d’acheter davantage de produits agricoles américains. Les sources commerciales s’attendent à ce qu’une plus grande partie des récoltes chinoises proviennent des États-Unis une fois que la saison d’exportation sud-américaine sera terminée et que les récoltes nord-américaines approcheront à l’automne.

« L’effort consiste à s’approvisionner, non seulement au Brésil, mais partout ailleurs », a déclaré le négociant principal de l’entreprise de transformation alimentaire.

« Les haricots américains sont attrayants à partir de septembre », a-t-il ajouté.

Les données sur les ventes à l’exportation de la récolte américaine montrent que les acheteurs chinois ont accéléré les achats de soja de la prochaine récolte, avec des nouvelles réservations de 374 000 tonnes déjà enregistrées, contre une moyenne de 60 000 tonnes pour cette période depuis 2016.

La Chine est également l’un des principaux importateurs de viande et est confrontée à une importante pénurie d’approvisionnement intérieur à la suite d’une épidémie de peste porcine africaine qui a décimé son cheptel porcin, le plus important du monde.

On s’attendait à ce que les importations en provenance des États-Unis – le premier exportateur mondial de viande de porc – augmentent en conséquence, mais l’épidémie de COVID-19 dans les abattoirs et les usines de transformation américains a réduit la production nationale de viande.

La Chine a enregistré un volume record de livraisons de porc américain dès cette année, ce qui suscite des inquiétudes quant à de nouvelles tensions entre les pays si les problèmes de production de viande américaine réduisent l’offre nationale alors que les livraisons vers la Chine restent importantes.

Les importations chinoises permettent à Donald Trump de s’assurer le vote massif des populations rurales agricoles. La dépendance américaine envers ces achats chinois est un point faible pour la géopolitique américaine. Face à ce talon d’Achille, le président américain souhaite accélérer « un grand accord commercial avec le Royaume-Uni ». Tout juste sorti de l’Union Européenne, Londres pourrait tomber dans le giron américain et permettre à Washington de diversifier un peu plus ses exportations agricoles.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La compagnie aérienne Emirates envisage de supprimer 30 000 emplois

Les hôpitaux brésiliens au bord de l’effondrement, Bolsonaro soutient les manifestations anti-confinement et inquiète