in ,

Une vingtaine de chambres de la maternité avec des bébés évacuées après des tirs de gaz lacrymogène de la police


Une vingtaine de chambres contenant des mamans et nouveaux nés à la maternité du CHU de Nantes ont dû être évacuées après des tirs de gaz lacrymogène par les forces de l’ordre. Les tirs visaient à disperser le cortège de la manifestation contre les retraites.

Les forces de l’ordre ont dispersé le cortège de la manifestation de Nantes à l’aide de grenades lacrymogènes. La scène se déroulait tout prêt du CHU de Nantes et notamment à côté des chambres de la maternité au deuxième et troisième étage.

Selon le journal Ouest-France qui cite une source interne à l’hôpital, les patientes d’une dizaine de chambres dédiées aux grossesses pathologiques ont dû être évacuées à cause des gaz lacrymogènes qui ont pénétré les chambres malgré les fenêtres fermées.

De l’accueil de l’hôpital jusqu’au 3ème étage, le personnel hospitalier comme les patients ont été touchés par les fumées de gaz. Une trentaine de patients ont même dû être changés de chambre temporairement. L’accueil du CHU a également été fermé pendant une demi-heure alors que de nombreuses personnes se plaignaient de l’effet du gaz.

LIRE AUSSI : Un policier dénonce Edouard Philippe : « la seule réponse politique c’est qu’on tape plus fort »

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Clément Viktorovitch détruit le gouvernement sur « la bonne foi » de Delevoye

VIDÉO. Mains en l’air, les pompiers se mettent face aux policiers et se font frapper : de nombreux blessés