in ,

Les routiers appelés à exercer leur droit de retrait à partir de lundi


Plusieurs syndicats de routiers appellent les chauffeurs à exercer « individuellement » leur droit de retrait à partir de lundi si les conditions sanitaires pour travailler ne sont pas respectées au sein de leur entreprise.

«Nous ne pouvons malheureusement que constater que les conditions de travail des salariés en matière de sécurité sanitaire ne sont pas au rendez-vous», indiquent la CFDT, FO et la CFTC dans un communiqué commun.

Les syndicats reconnaissent « des efforts consentis » mais insuffisants face aux risques sanitaires de la pandémie.

«Même si des efforts ont pu être consenti, cela est bien maigre au regard des risques sanitaires et cela devient de plus en plus dangereux face à cette pandémie».

Les trois organisations dénoncent le « manque de masques, gants et gel hydroalcoolique », un « manque de sanitaires et douches » accessibles, des services de restauration « pas assez répandus » et des « clients ne respectant pas les conducteurs à la juste mesure ».

Les syndicats demandent « des dispositifs sérieusement protecteurs pour agir en temps de guerre ». Ils exigent également «l’arrêt des transports non essentiels», la « réquisition des aires de repos, stations-services, restaurants routiers » et, pour les transports sanitaires, « les mêmes protections que les urgentistes ».

Ces dernières semaines, de nombreux chauffeurs se sont plaints sur les réseaux sociaux face à la charge excessive de travail et le manque de moyens sanitaires. Ils ont été entendus par leur syndicat.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Un commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

François Gemenne : « La baisse de la pollution a épargné davantage de vies en Chine, que le coronavirus n’en a coûté »

2 avril 2017 : Quand Mélenchon prédisait « un krach sanitaire »