in ,

Le gouvernement autorise la privatisation de certains tronçons de routes nationales


En plein milieu de l’été, un décret a été publié au Journal officiel permettant la privation de certains tronçons de routes nationales.

Quinze ans après la privation des autoroutes, le gouvernement ouvre la voie à une nouvelle privatisation de certaines parties de routes nationales aux sociétés concessionnaires. Le décret « relatif aux conditions de classement de certaines sections de routes dans la catégorie des autoroutes » est passé totalement inaperçu notamment parce qu’il a été publié le 14 août.

Déjà en 2018, une publication de l’Association française des sociétés d’autoroutes soulignait elle aussi la nécessité d’investir hors du réseau autoroutier. C’est désormais chose faite.

Le texte affirme que les tronçons de routes nationales qui pourront être cédés aux entreprises privées seront dans la continuité des autoroutes déjà privatisées.

« Une section de route ne présentant pas un tel profil d’aménagement (2×2 voies et chaussées séparées, ndlr) peut être classée dans la catégorie des autoroutes, dans les formes prévues au quatrième alinéa, à condition d’être située dans le prolongement direct d’une voie bénéficiant déjà du statut autoroutier », stipule le décret.

L’excuse est la même que pour les autoroutes : l’Etat assure qu’il n’a pas les moyens d’entretenir les routes et doit donc vendre à des grands groupes qui gèreront les tronçons mis en vente.

Les autoroutes privées déjà pointées du doigt

Selon les estimations de sénateurs qui ont enquêté pendant huit mois sur le sujet de la privatisation des autoroutes, au moins deux des trois sociétés concessionnaires auront rentabilisé leurs investissements dès la fin de l’année 2022. Or les contrats courent encore pour au moins dix ans et ne cessent d’être prolongés. L’Etat est ainsi privé de nouvelles recettes importantes. L’enquête recommande notamment « un contrôle plus étroit des marchés des Sociétés concessionnaires d’autoroutes (SCA) » et de « mieux partager les profits des sociétés d’autoroutes avec l’Etat et les usagers ».

La privatisation des autoroutes au bénéfice des sociétés autoroutières aurait « rapporté entre 2006 et 2017, 27 milliards d’euros de dividendes soit 2,5 milliards d’euros par an » selon Loïc Prud’homme, député La France Insoumise.

Contrairement à la France où 75% des autoroutes sont payantes, le gouvernement socialiste espagnol de Pedro Sanchez a décidé de les renationaliser progressivement. Depuis 2020, plusieurs grandes portions  d’autoroutes ibériques sont redevenues gratuites. Seulement 16% des voies rapides sont désormais payantes.

LIRE AUSSI : Péages : Les sociétés d’autoroute font des profits colossaux sur le dos des automobilistes

Likez notre page facebook!


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

maintien de l'ordre

Manifestations : la liberté de la presse en danger par le nouveau schéma du maintien de l’ordre

migrants Manche

La marine française accusée de conduire les migrants en eaux britanniques et de les abandonner