in ,

Le Préfet Lallement affirme ne pas avoir « trouvé les organisateurs » des manifestations nocturnes de policiers


Le Préfet de police de Paris, Didier Lallement, a déclaré ce mercredi à l’Assemblée Nationale ne pas avoir avoir trouvé les organisateurs des manifestations nocturnes de policiers.

Didier Lallement a été interrogé dans le cadre de la « commission d’enquête parlementaire sur les obstacles à l’indépendance du pouvoir judiciaire ». Le député de la France Insoumise, Ugo Bernalicis, qui préside cette commission, a questionné le Préfet de Police sur la façon dont il gérait les manifestations organisées malgré l’interdiction de la Préfecture.

Les propos de Didier Lallement ont choqué les internautes sur les réseaux sociaux où la vidéo de sa réponse circule ce jeudi matin. En pleine commission parlementaire sur l »indépendance de la Justice, le Préfet de police de Paris semble illustrer le délitement de la séparation des pouvoirs.

« Toutes ces entorses autoritaires imposées sur les règles essentielles de nos libertés font que notre pays n’est plus une exception démocratique enviée. Nous retombons dans un ordre naturel cruel que nous pensions avoir définitivement chassé ! », déclare sur Twitter Albert Lévy, ancien magistrat, en commentant la réponse du Préfet de police.

Les syndicats de police manifestent depuis plusieurs jours pour dénoncer « le manque de soutien » du Ministre de l’Intérieur face aux accusations de violences policières. Christophe Castaner avait notamment déclaré que des mesures allaient être prises dans la police comme la fin de la clé d’étranglement.

LIRE AUSSI : « Je veux être policier, je veux interpeller les gens, je veux pouvoir les étrangler quand ils luttent »

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

« Je vais me lever et m’en aller » |Échange houleux entre Didier Raoult et Jean-Jacques Bourdin

Près de 200 policiers rassemblés après la condamnation d’un de leur collègue pour violences sur une gilet jaune sexagénaire