in , ,

Péages : Les sociétés d’autoroute font des profits colossaux sur le dos des automobilistes


Depuis le premier février 2020, les sociétés privées qui gèrent les autoroutes françaises ont augmenté le prix des péages de 0.82% en moyenne. Une nouvelle augmentation qui relance le débat sur la renationalisation des voies rapides.

Les sociétés d’autoroute profitent depuis 2005 de ce que l’Autorité de la Concurrence appelle « une rente autoroutière ». Les sept sociétés concessionnaires (SCA) principales : Asf/Escota et Cofiroute, propriété du groupe Vinci; APRR/AREA, où le groupe Eiffage est majoritaire; et enfin, Sanef/SAPN, détenues par l’espagnol Abertis réalisent des profits colossaux et versent des dividendes de grands ampleurs aux actionnaires.

A titre d’exemple, 60% des recettes du groupe Vinci sont réalisées grâce aux péages qui ne représentent pourtant que 13% de l’activité de l’entreprise. Une rente organisée et inamovible qui se traduit par un chiffre d’affaires des sociétés d’autoroute s’élevant à plus de milliards d’euros en 2018. Malgré ces sommes énormes, le prix des péages entre 2011 et 2018 a presque augmenté de 10%.

Selon le sénateur Hervé Morray, Emmanuel Macron a signé un nouveau contrat avec les sociétés d’autoroute en 2015 alors qu’il était ministre de l’Economie et des Finances. Un contrat en défaveur de l’Etat qu’il a refusé de dévoiler aux parlementaires malgré leurs demandes.

Pourtant en 2014, un rapport de plus de 150 pages de l’Autorité de la Concurrence dénonçait des profits colossaux et des hausses des tarifs des péages injustifiés.

 « Les SCA affichent toutes une rentabilité nette exceptionnelle, comprise entre 20 % et 24 %, nourrie par l’augmentation continue des tarifs des péages. Et cette rentabilité n’apparaît justifiée ni par leurs coûts ni par les risques auxquels elles sont exposées ». 

Le SCA dénonçait « un déséquilibre des forces entre une administration isolée et des entreprises puissantes », mais aussi « l’influence de ces dernières sur l’appareil étatique et ses prises de décisions »…

Les sociétés d’autoroute ont même obtenu le prolongement de leur contrat ce qui retarde à nouveau la possibilité d’un débat sur la renationalisation des autoroutes comme en Espagne. Des contrats qui dépassent en moyenne 2030 et qui font craindre une hausse constante des prix des péages sans que l’Etat ne puisse dire un mot.

Depuis l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, de nombreuses sociétés publiques ont été privatisées. La plus emblématique est la Française des Jeux qui pourtant rapportait à l’Etat une rente annuelle importante. Le groupe ADP (Aéroports de Paris) sera également bientôt privatisé malgré l’importance stratégique du secteur aérien. Idem pour Engie et EDF qui vont connaître des changements importants dans les prochains mois. La SNCF est également devenue une Société Anonyme depuis le 1er janvier 2020 en pleine grève des cheminots.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La carte de la France en 2070 si rien n’est fait contre le réchauffement climatique

Gabriel Zucman : « Les trois principales réformes fiscales d’Emmanuel Macron profitent aux riches et ultra riches »