in , ,

Pamela Anderson demande à Donald Trump de gracier Julian Assange (Wikileaks)

Pamela Anderson demande au président Trump de gracier Julian Assange, le fondateur du site WikiLeaks. Il est accusé de conspiration pour avoir essayé d’accéder à un ordinateur classé top secret du gouvernement américain avec l’aide de l’ancienne analyste du renseignement de l’armée Chelsea Manning en 2010.

L’ancienne actrice d’ “Alerte à Malibu” est apparue sur “Mornings with Maria” où elle a discuté avec Maria Bartiromo du cas de Julian Assange en plus de ses derniers partenariats d’affaires.

Pamela Anderson, qui a déjà rendu visite à Assange en prison au Royaume-Uni, a déclaré qu’il avait été difficile de suivre le déroulement de l’affaire.

“Le voir être crucifié comme cela est difficile pour moi parce que je le connais comme un homme doux et gentil”, a déclaré l’ancienne actrice.

Bien que Pamela Anderson ait fait remarquer qu’elle ne sait pas quel sera le résultat de la prochaine élection présidentielle, elle a déclaré qu’elle aimerait voir Trump gracier Assange.

“J’espère que le président Trump graciera Julian Assange. C’est mon souhait”, a-t-elle déclaré.

Au terme de près de quatre semaines de procès à Londres, la juge Vanessa Baraitser a déclaré la semaine dernière qu’elle rendrait sa décision le 4 janvier à 10 heures.

“A moins qu’une autre demande de mise en liberté sous caution ne soit faite, et d’ici le 4 janvier, vous resterez en détention pour les mêmes raisons que celles qui vous ont été données auparavant”, a déclaré Baraitser à Assange.

Le juge a déjà refusé la mise en liberté sous caution de Julian Assange, craignant qu’il prenne la fuite. Assange a passé 7 ans à l’ambassade équatorienne de Londres avant d’y être expulsé suite à la défaite du président socialiste Rafael Correa. Le lanceur d’alerte est incarcéré dans une prison londonienne depuis avril 2019.

En 2017, Donald Trump a proposé de gracier Julian Assange en échange d’obtenir la source du piratage des emails du Comité national démocrate défavorables à Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle de 2016.

“La proposition présentée par le représentant Rohrabacher était que M. Assange identifie la source des publications de l’élection 2016 en échange d’une certaine forme de pardon”, a déclaré l’avocate lors du procès en extradition d’Assange. 

Wikileaks est accusé d’avoir obtenu ses emails grâce aux services russes, ce que nie son fondateur. Hillary Clinton a toujours attribué sa défaite à l’affaire des e-mails et aux hackers russes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    À Rouen, les soignants “épuisés” à l’aube de la deuxième vague épidémique

    Emmanuel Macron face à des soignants : “C’est pas une question de moyens, c’est une question d’organisation” | VIDEO