in ,

Les députés socialistes veulent créer une commission d’enquête sur les retraites


Les députés socialistes ont annoncé vouloir créer une commission d’enquête à l’Assemblée Nationale sur l’étude d’impact qui leur a été remise en complément des deux projets de loi sur la réforme des retraites.

La résistance contre la réforme des retraites s’organise du côté des parlementaires. Après les 19 000 amendements déposés par la France Insoumise, le Parti Socialiste annonce vouloir lancer une commission d’enquête qui pourrait durer 6 mois afin de “s’assurer de la sincérité, l’exhaustivité et l’exactitude de l’étude d’impact”.

Une proposition désastreuse pour le gouvernement d’Edouard Philippe qui souhaite passer en force malgré les sondages défavorables et une grève qui dure depuis le 5 décembre 2019.

Les députés ont justifié leur demande par le manque de réponse des responsables LREM aux nombreuses questions des parlementaires lors des débats de la commission spéciale sur les retraites.

“Les doutes portant sur la sincérité et la solidité de l’étude d’impact d’une part et la décision du gouvernement ne de pas apporter des éléments de clarification dans le cadre des débats d’autre part obligent les parlementaires, au-delà de la conformité constitutionnelle formelle, à s’assurer de la sincérité, l’exhaustivité et l’exactitude de l’étude d’impact”, résument-ils.

Les parlementaires socialistes s’appuient sur l’avis du Conseil d’Etat, “la plus haute juridiction administrative”, qui a jugé la réforme “insuffisante” pour “certaines dispositions” et ne pouvant pas “garantir la sécurité juridique” de la réforme.

“La hâte et la précipitation caractérisent les conditions d’examen des textes”, dénoncent les députés dans cette proposition de résolution.

LIRE AUSSI : Retraites. Les macronistes coupent le micro aux députés de l’opposition

La commission d’enquête n’est qu’une première étape dans la lutte de l’opposition contre la réforme des retraites. Les socialistes, les communistes et les insoumis projettent de déposer une motion de censure et une motion référendaire au moment du débat dans l’hémicycle.

Les Républicains ont également annoncé qu’ils prévoyaient de saisir le Conseil Constitutionnel après l’adoption du projet de loi pour savoir si les conditions d’examen du texte sont conformes à la constitution.

Les seuls absents des débats sur la réforme des retraites sont les députés du Rassemblement National. Après sept jours de commission spéciale, aucun parlementaire d’extrême droite n’a pris la parole lors des débats malgré la déposition de nombreux amendements.


Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 Commentaires

Bernard-Henri Lévy rencontre le ministre saoudien des Affaires Etrangères à Riyad

Le coronavirus « pourrait infecter 60% de la population mondiale s’il n’est pas contrôlé » (doyen de la faculté de médecine d’Hong Kong)