in , ,

Les soignants réclament des masques, la supérieure répond : « Vous croyez que j’ai que ça à faire ?! »


La situation se tend entre la direction et les soignants de l’hôpital Saint-Antoine à Paris. Des images diffusées par le média Révolution Permanente montrent la colère des infirmières face au manque de matériel pour se protéger du coronavirus ainsi que le peu de considération de la part de leurs supérieurs hiérarchiques.

«Vous pensez qu’on a vraiment que ça à faire en ce moment ? On est débordés, on essaie de faire ça au mieux», répond la supérieure hiérarchique.

Une réponse qui a eu le don de mettre en colère les soignantes épuisées par la charge de travail et le peu de reconnaissance de leur hiérarchie.

«Est-ce que vous vous rendez compte de ce que vous êtes en train de nous dire, à nous ? Vous vous êtes débordés, nous, on est comment ? Je parle de mon cas : je paye le transport, je paye l’essence. Qui met l’essence dans ma voiture ? C’est moi, c’est pas vous, et tous les jours je suis là. […] Ce que vous venez de dire, c’est une insulte pour moi, je suis désolée. Dire que vous êtes débordés, venez un peu dans les services.»

Les infirmiers français font partie des soignants les moins rémunérés parmi les pays de l’OCDE par rapport au salaire moyen des pays. Le cas des étudiants infirmiers, en première ligne pour palier au manque d’effectif dans les hôpitaux, est également scandaleux puisqu’ils sont payés 1,40 euro de l’heure.

VOIR AUSSI : Témoignage d’une étudiante infirmière en première ligne à Mulhouse payée 1,40 euros de l’heure

Les internautes ont été nombreux à réagir devant le peu de considération donnée à ces personnes qui risquent leur vie pour sauver celle des autres. La dégradation de l’hôpital public à cause d’importantes coupes budgétaires et les méthodes managériales dictatoriales poussent à bout le personnel.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En plus des poumons, le coronavirus s’attaque aux reins

Dans les villes confinées, les animaux ont la voie libre