in ,

Les immigrés s’intègrent bien plus qu’on ne le dit dans les médias


Depuis octobre 2019, C-News a fait du polémiste d’extrême droite, Eric Zemmour, son chroniqueur vedette malgré les critiques au sein et à l’extérieur de la chaîne.

Au même moment, Emmanuel Macron débutait la deuxième partie de son mandat et annonçait déjà la couleur : débat sur l’immigration, l’islam et le communautarisme. Un virage à droite que les observateurs expliquaient par la volonté de l’Elysée de faire progresser dans les sondages Marine Le Pen afin de la battre à nouveau au second tour grâce à un « front républicain ». D’autres y voyaient une diversion visant à dissimuler les réformes antisociales derrière le prisme identitaire.

Le débat entre Marlène Schiappa et Eric Zemmour a battu lundi des records d’audience sur CNews, attirant pas moins de 391 000 téléspectateurs. Un gentil coup de pouce de la secrétaire d’Etat à l’égalité hommes-femmes totalement discréditée par son silence dans les débats sur les retraites et la précarité des femmes.

Malgré quelques propos polémiques d’Eric Zemmour dans son émission Face à l’info, qui lui ont permis d’être relayé sur Twitter par la fachosphère, le contexte social a pris le dessus sur les questions identitaires ces derniers mois.

Le Rassemblement National a été complètement relégué au second plan par les sorties médiatiques de l’opposition sociale. Des syndicalistes aux membres de la France Insoumise, les débats télévisés se sont concentrés sur la réforme des retraites. Cerise sur le gâteau, de nombreux économistes et sociologues réputés ont sorti leur livre au même moment avec souvent des critiques virulentes sur la politique fiscale d’Emmanuel Macron qui favorise les riches.

Dans cet éditorial réalisé par la chaîne Xerfi, Alexandre Mirlicourtois revient sur de nombreux indicateurs qui prouvent que malgré la conjoncture économique actuelle, les immigrés et fils d’immigrés « s’intègrent » bien mieux que ce que l’on peut voir dans les médias.

Les accusations de séparatisme ou communautarisme ne tiennent pas lorsque l’on voit le nombre de mariages mixtes. Malgré les désavantages économiques et sociaux, de plus en plus d’enfants d’immigrés obtiennent des diplômes. Le nombre d’enfants dans les couples avec un descendant d’immigré est à peu près le même que celui de la moyenne française. Le taux de chômage aussi et cela malgré les discriminations à l’embauche à cause de l’adresse, du nom de famille ou du faciès.

Alors comment expliquer les nombreux sujets et débats télévisés à la télévision ou les unes anxiogènes des magazines politiques sur l’intégration, l’islam ou encore le communautarisme ?

Les mois précédents ont montré que les questions sociales réunissent une majorité de français inquiets pour leur futur. Des gilets jaunes aux syndicalistes de la RATP en passant par les membres d’Extinction Rebellion ou du Comité pour Adama (contre les violences policières), des passerelles se multiplient pour lutter contre les injustices et construire un monde meilleur pour les générations futures.

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le coronavirus « pourrait infecter 60% de la population mondiale s’il n’est pas contrôlé » (doyen de la faculté de médecine d’Hong Kong)

Au moins 500 membres du personnel médical de Wuhan infectés par le coronavirus