in

En première ligne face au Covid-19, les étudiants en médecine touchent 1,29€ de l’heure


De plus en plus d’étudiants en médecine dénoncent leur salaire « misérable » reçu après plusieurs mois en première ligne contre l’épidémie de coronavirus.

Ce n’est pas la première fois que des soignants se plaignent d’une telle situation. Au début de l’épidémie de Covid-19 en France, Issues.fr avait publié le témoignage d’une étudiante infirmière en première ligne à Mulhouse payée 1,40 euros de l’heure.

Depuis quelques jours, les témoignages du personnel soignant se multiplient. Ils craignent qu’une fois l’épidémie passée, le gouvernement revienne sur ses promesses et continue ses coupes budgétaires.

VOIR AUSSI : « On est désespérées, on ne croit plus en vous » : l’échange tendu entre Emmanuel Macron et deux soignantes

Un médecin interne aux urgences de Marseille a publié sur Twitter sa fiche de paie. On peut lire « bulletin de paie avril 2020 » et « Assistance Publique Hôpitaux de Marseille ». Il indique avoir un BAC+8 et travailler 50 heures par semaine. Au total il a touché 1650 euros pour avoir mis sa vie en danger durant la pandémie.

Les soignants demandent depuis un an plus de moyens pour pouvoir soigner leurs patients avec notamment l’augmentation du nombre de lits, une politique d’embauche, des valorisations salariales et des moyens de protection face aux nouvelles épidémies.

La France a longtemps été un pays reconnu pour sa médecine et la qualité de ses soins. Cette époque semble si lointaine à l’heure où le pays compte plus de 27 500 morts du Covid-19 soit presque 20 000 de plus que son voisin allemand.

VOIR AUSSI : Le pic de coronavirus à peine passé, Olivier Truchot relance déjà les hostilités contre les soignants

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le point sur le taux de décès du coronavirus en Russie et en France

Emmanuel Macron à un soignant au sujet de la médaille : « Si vous ne la voulez pas, ne la prenez pas ! »