in ,

Emmanuel Todd : « Nous saurons que la monde a changé quand ceux qui nous ont mis dans le pétrin seront devant un tribunal


Emmanuel Todd Tribunal Macron

Le média challenges.fr a dévoilé la conclusion (lire ci-dessous) d’un éditorial d’Emmanuel Todd publié sur le magazine l’Express. Le journaliste Maurice Szafran publie un texte pour critiquer violemment les propos de l’auteur du livre « Les Luttes de classes en France au XXIe siècle ».

Ce texte sans consistance s’en prend plus à Emmanuel Todd accusé de « délires idéologiques, violents et répressifs d’un intellectuel jadis influent mais en perdition politique et morale depuis quelques années déjà » qu’au fond. L’ancien PDG de Marianne s’inquiète de voir « une partie des Français penser comme lui (Todd), avec la même violence verbale, des mots qui avaient disparu de notre vocabulaire politique commun depuis les terribles années du… stalinisme ».

En diabolisant ainsi les propos d’Emmanuel Todd, Szafran ne fait que confirmer qu’une partie des français, une toute petite cette fois-ci, craint que les déboires consécutifs du gouvernement mènent à une véritable révolte des classes inférieures. Faut-il rappeler au média Challenges que 84 % des français souhaitent que le gouvernement rende des comptes après la crise selon un sondage OpinionWay pour le Cevipof.

L’ère des chroniqueurs et éditorialistes de salons parisiens semble révolue grâce notamment aux réseaux sociaux. Il est tout à fait logique que dans son ultime souffle, cette classe bourgeoise, hors sol, tente de les diaboliser.

Face à ces violentes critiques, nous vous proposons de découvrir la conclusion d’Emmanuel Todd. L’historien et démographe propose de juger les responsables politiques et évoque « un vrai risque d’explosion sociale » voire une « guerre civile ».

« Nous saurons que la monde a changé quand ceux qui nous ont mis dans le pétrin seront devant un tribunal – et je ne parle pas d’une simple commission parlementaire.

On nous prie de croire que les gens qui ont péché sous les régimes précédents et qui sont toujours là ont fait leur examen de conscience. C’est trop facile! Il faut en finir avec l’impunité. On doit faire des exemples, avec des peines de prison et des sanctions financières. La société française a besoin de morale, et il n’y a pas de morale sans punition. Ce n’est pas qu’une question de principe.

Il existe maintenant un vrai risque d’explosion sociale, parce que les Français savent que leurs dirigeants sont incapables de les protéger. Si l’on accepte encore et toujours un pouvoir qui raconte n’importe quoi grâce à sa maîtrise des moyens de communication et qui s’entête à ne pas régler les problèmes économiques, l’étape suivante ne sera pas une lutte de classes civilisée, mais la guerre civile. »

A noter, que les députés et sénateurs LREM préparent des mesures pour « protéger pénalement » certains responsables politiques en cas de contamination d’un enfant après le déconfinement. Des patrons demandent désormais la même chose afin de se protéger contre des plaintes de travailleurs.

SUIVEZ ISSUES.FR SUR FACEBOOK : CLIQUEZ ICI

Vous restez encore un peu?

Issues.fr vous remercie, vous êtes toujours plus nombreux à nous lire et votre fidélité nous réjouit. Pour maintenir notre travail, garder notre liberté critique et surtout vous proposer toujours plus de contenus de qualité, des articles détaillés et des vidéos inédites, nous avons besoin de vous.

Votre soutien nous garantit de poursuivre notre quête d’exigence journalistique et d’élargir notre champ d’investigation. Il est essentiel de continuer à s’interroger et à échanger. Chaque contribution est précieuse!

Pour faire un don, même 1 euro, c’est ici : https://en.tipeee.com/issuesfr/

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En 2070, un tiers de l’humanité pourrait vivre dans des endroits aussi chauds que le Sahara

Les « frelons meurtriers » débarquent aux États-Unis pour la première fois