in ,

Emmanuel Macron: « Nous n’avons jamais été en rupture » de masques


Face aux caméras de BFM TV, Emmanuel Macron a assuré que la France n’avait pas été en rupture de masques pendant la crise sanitaire. Des propos qui provoquent déjà la colère des internautes et des médecins sur les réseaux sociaux.

« Il y a eu une doctrine restrictive pour ne jamais être en rupture que le gouvernement a prise et que je pense était la bonne. Il y a eu ensuite un approvisionnement renforcé et une production renforcée et nous n’avons jamais été en rupture ».

Le Président de la République a déclaré face caméra que la France n’avait jamais été en rupture de stock de masques. Une position difficilement défendable au vu des nombreuses sorties médiatiques de soignants qui ont accusé l’Etat de ne pas fournir les protections nécessaires pour pouvoir administrer les soins aux patients atteints du Covid-19.

Emmanuel Macron est accusé sur les réseaux sociaux de se moquer à nouveau des français en tenant de tels propos. Le Président a paru hésitant sur sa réponse pour justifier les nombreuses polémiques au sujet des masques. Selon lui, la restriction des masques par le gouvernement était volontaire.

Les soignants sont formels…

Les affirmations d’Emmanuel Macron vont totalement à l’encontre des nombreuses accusations de médecins, dont certains se sont réunis pour porter plainte contre Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé et Edouard Philippe, chef du gouvernement. Le collectif C19 a accusé le gouvernement d’avoir menti dès le début de la pandémie. L’avocat de cette association de soignants avait d’ailleurs accusé Laurent Nunez, secrétaire d’Etat, d’être un « menteur invétéré » après que ce dernier a déclaré qu’il n’y avait pas de rupture de stocks de masques.

Le collectif C19 n’est pas le seul à avoir dénoncé le manque de masques. Le médecin libéral, Jérôme Marty, avait également poussé un coup de colère sur BFM TV à ce sujet. Il s’exclamait notamment « On n’a pas de masques, on n’a pas de moyens de protection, on n’a rien! A quoi jouent ces gens ?! ».

Et les exemples ne manquent pas. Dans certaines pharmacies, dès la mi-janvier, les masques étaient introuvables. Idem pour de nombreux CHU, de Nice à Monaco en passant par des hôpitaux parisiens. Dans une vidéo prise par des employés de l’hôpital Saint-Antoine de Paris, on peut voir des soignants réclamer à leur supérieur des masques.

La rupture de stocks des masques a été camouflée par l’envoi aux médecins généralistes de masques périmés voire moisis. De nombreuses vidéos et photos sur les réseaux sociaux ont montré l’exaspération des médecins devant un tel manque de considération.

D’ailleurs les autorités françaises ont même été jusqu’à « réquisitionner » les masques suédois qui transitaient par la France pour l’Italie et l’Espagne. Cet acte a provoqué un imbroglio diplomatique qui a forcé l’Etat tricolore à rendre les masques.

Face au manque de masques, les ministres se sont confondus d’explications nébuleuses et non scientifiques justifiant leur inutilité. Aujourd’hui, pourtant, les études témoignent de son efficacité pour enrayer la propagation du virus. En portant un masque, on empêche la propagation du virus dans l’air.

Pas que les masques…

Mais les masques ne sont que la partie immergée de l’iceberg. Il ne faut pas oublier que les blouses de protection ont également manqué. Des infirmières d’un hôpital de Marseille avaient d’ailleurs réalisé une vidéo pour montrer les blouses en plastique envoyés par l’Etat qui se déchiraient avant même de pouvoir les utiliser.

De surcroît, les tests, clés de voûte d’une véritable politique de dépistage et d’endiguement, ont manqué et manquent encore. Contrairement à l’Allemagne ou la Corée du Sud, les autorités sanitaires n’ont pas pu mettre en place des campagnes de dépistages qui auraient pu permettre de mieux isoler les malades et maîtriser la propagation du virus.

Reste à citer le manque de lits dans les hôpitaux, le manque de respirateurs et même de travailleurs de la santé pour faire face à la pandémie. Le système de santé français ne s’est pas effondré grâce au soutien allemand notamment dans l’accueil de patients malades et le prêt de matériels médicaux.

Contrairement aux propos du Président de la République, la France aurait très bien pu gérer la propagation du virus si elle avait écouté l’Ambassade française en Chine qui dès décembre 2019 avait prévenu de l’apparition d’un virus dangereux. L’ex-Ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait d’ailleurs confirmé le manque d’actions du gouvernement malgré les preuves de l’imminence du danger.

Au final, seul le sacrifice des médecins, des caissiers, des routiers, des éboueurs et de tous les travailleurs a permis d’éviter une catastrophe sanitaire sans précédent.

Vous restez encore un peu?

Issues.fr vous remercie, vous êtes toujours plus nombreux à nous lire et votre fidélité nous réjouit. Pour maintenir notre travail, garder notre liberté critique et surtout vous proposer toujours plus de contenus de qualité, des articles détaillés et des vidéos inédites, nous avons besoin de vous.

Votre soutien nous garantit de poursuivre notre quête d’exigence journalistique et d’élargir notre champ d’investigation. Il est essentiel de continuer à s’interroger et à échanger. Chaque contribution est précieuse!

Pour faire un don, même 1 euro, c’est ici : https://en.tipeee.com/issuesfr/

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il prétendait que le coronavirus était « une fausse crise ». Puis il l’a contracté et a changé d’avis.

Prime de 1000 euros pour les employés en première ligne : « Auchan nous a trahis ! »