in , ,

« On a la peur au ventre » affirme Saïd, éboueur au travail malgré le coronavirus

Saïd fait partie de ces travailleurs qui sont en première ligne face à la paralysie de la société. Comme de nombreux éboueurs, il doit travailler afin d’assurer la continuité de la qualité de vie des français confinés. Qu’ils soient des employés municipaux ou du secteur privé, les éboueurs assurent leur service malgré les risques de contamination.

« On a la peur au ventre » affirme Saïd.

Loin de la “start-up nation” rêvée d’Emmanuel Macron, les métiers essentiels à la société retrouvent leur respectabilité au milieu de la crise sanitaire. Une belle leçon à tous ceux qui ne les ont pas écoutés alors qu’ils étaient dans la rue pendant des mois pour réclamer plus de moyens et une retraite digne.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Témoignage d’une étudiante infirmière en première ligne à Mulhouse payée 1,40 euros de l’heure

    Jean Gatel : “Il ne faut pas demander gentiment, il faut interdire les dividendes aux entreprises”