in ,

“Nous allons tranquillement vers un État autoritaire” dénonce la députée LREM, Nathalie Sarles

député LREM état autoritaire

Nathalie Sarles a déclaré chez France Bleu qu’elle était opposée à la loi de Sécurité Globale qui sera votée mardi après-midi à l’Assemblée Nationale. Pour la députée LREM, la France se dirige “vers un état autoritaire, vers une suppression des libertés individuelles”.

Le projet de loi de Sécurité Globale ne fait pas l’unanimité au sein de la majorité parlementaire. La députée Nathalie Sarles a déjà fait savoir qu’elle était opposée à un texte qui va “beaucoup trop loin”.

“Non je ne la voterai pas car je suis en opposition une grande partie de ce texte. Nous allons tranquillement vers un état autoritaire, vers une suppression des libertés individuelles. Des libertés déjà mises à mal par la période sanitaire avec le confinement et les restrictions de déplacement”.

La députée de la Loire indique d’ailleurs que le “cadre juridique existe” et qu’il est important de “préserver la liberté d’expression”.

“Nous avons un arsenal juridique dans la loi pénale, ou avec la circulaire de 2008 de Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui ce texte va beaucoup trop loin. Il vient affirmer que l’État est autoritaire et ce n’est pas le type de société auquel j’aspire.

Nathalie Sarles a d’ailleurs souhaité se démarquer du Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, porteur selon elle de “ce message d’un Etat autoritaire”.

“Nous avons entendu beaucoup de déclarations de la part de notre ministre de l’Intérieur qui n’engagent que lui et non pas le gouvernement ou les parlementaires. Elles ont créé beaucoup de confusion et portent ce message d’un État autoritaire”.

Les propos de la députée de la Loire rejoignent les critiques d’Eric Bothorel, un autre député LREM, qui déplore “des risques attentatoires à certaines libertés”.

Les critiques au sein même du camp LREM sont assez rares. Les députés de la majorité sont régulièrement accusés de voter les lois et décisions du gouvernement sans opposer la moindre critique. Nombreux opposants et militants associatifs désignent désormais les parlementaires LREM comme des “Playmobil” utilisés par le pouvoir pour appliquer un agenda ultralibéral et autoritaire.

De plus en plus d’organisations internationales critiquent la dérive autoritaire du gouvernement français notamment via la répression policière lors des manifestations, la proposition de lois touchant aux libertés de la presse ou la stigmatisation des minorités. L’image d’Emmanuel Macron s’est rapidement dégradée ces derniers mois, passant d’un Président libéral européen à un dirigeant qui n’a rien à envier à certains régimes autoritaires d’Europe de l’Est ou d’Amérique du Sud.

LIRE AUSSI : Interdiction de diffuser des images de policiers : Marlène “Schiappa crache le morceau chez Bourdin” | VIDEO

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Interdiction de diffuser des images de policiers : Marlène “Schiappa crache le morceau chez Bourdin” | VIDEO

    Loi Sécurité Globale : l’UE rappelle l’importance de laisser « les journalistes faire leur travail librement »