in

Gérald Darmanin annonce l’interdiction prochaine de diffuser les violences policières sur les réseaux sociaux

Le Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé, lors de l’émission Bourdin Direct sur BFM TV, qu’un nouveau projet de loi vise à interdire la diffusion d’images de policiers identifiables ou non.

Cette proposition de loi est examinée la semaine prochaine en commission, à partir du 17 novembre en plénière à l’Assemblée Nationale. Elle a pour objectif d’interdire aux journalistes et citoyens de filmer les policiers en action et de développer une surveillance accrue des citoyens grâce notamment à des drones équipés de caméras.

De nombreuses violences policières ont été constatées grâce au travail de journalistes sur le terrain ou de manifestants qui filment les interventions musclées des forces de l’ordre. Elles sont ensuite postées sur les réseaux sociaux et permettent de mettre en exergue la répression des manifestants ou les violences dans les banlieues.

David Dufesne fait partie de ces journalistes qui ont profité des réseaux sociaux et de la multiplication des vidéos de violences policières pour interpeller l’opinion publique sur la multiplication des cas de bavures policières. Gilets jaunes, militantes féministes, habitants des banlieues ou simples citoyens, tous ont pu compter sur le relai médiatique de David Dufresne, auteur du documentaire “Un pays qui se tient sage”.

Les images les plus connues filmées lors d’une intervention de police sont celles des violences d’Alexandre Benalla prises par Taha Bouhafs. Le journaliste, qui ne l’était pas au moment des faits, avait filmé avec son smartphone l’action de l’ancien “protégé d’Emmanuel Macron” lors d’une manifestation du 1er Mai 2018. L’homme casqué, mais sans uniforme, était en train de donner des coups de matraque à deux manifestants, dont un jeune homme à terre. La vidéo avait provoqué un scandale qui avait entraîné l’affaire Benalla et propulsé la carrière de reporter de Taha Bouhafs.

L’avocat Arié Alimi a également dénoncé ce projet de loi. Il avait notamment diffusé la vidéo de Cédric Chouviat, père de famille mort lors d’une interpellation policière. Cible régulière de l’extrême droite et de certains comptes de syndicats de policiers, l’avocat continue de défendre les victimes de violences policières.

Les drones de la police auront le droit de vous filmer

Les syndicats de police, actifs notamment sur Twitter, ont réclamé à plusieurs reprises l’interdiction de les filmer sur le terrain. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur depuis seulement quelques mois, a cédé face aux pressions.

Ironie de l’histoire, si les citoyens ne pourront plus diffuser leur interpellation sur les réseaux sociaux, ils devront accepter d’être filmés par des drones de la police. Le ministre a annoncé chez Bourdin que la surveillance par drones sera généralisée.

Le 18 mai 2020, le Conseil d’État a ordonné la suspension de la surveillance du confinement par drone par la police parisienne essentiellement pour des questions juridiques. Cette décision ne semble pourtant pas avoir refroidi les velléités du Ministre.

LIRE AUSSI : Gérald Darmanin : « Je me ferais le plaisir de passer une soirée, une nuit, une journée avec madame la sénatrice » | VIDEO

Lire l’édito : « La fin du monde approche et c’est une bonne nouvelle » : mouais… (édito)

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Le Conseil Scientifique craint “plusieurs vagues successives” durant l’hiver et le printemps

    VIDEO. Un policier gaze des journalistes et crie : “tant pis, écrase-les !”