in ,

En Belgique, les soignants tournent le dos à la Première ministre et font le buzz

Après les soignants français, c’est au tour des belges de montrer leur colère face au manque de moyens dans les hôpitaux. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre les soignants tourner le dos à la voiture de la Première ministre belge, Sophie Wilmès, lors de son arrivée à l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles.

Les soignants ont réalisé une “haie du déshonneur” pour accueillir la cheffe du gouvernement fédéral Sophie Wilmès. Par cette action symbolique, le personnel hospitalier a souhaité dénoncer la gestion catastrophique de la crise sanitaire ainsi que les moyens déplorables à leur disposition pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Les travailleurs de la santé demandent depuis de long mois, à l’image de leurs homologues français, une revalorisation du métier qu’ils exercent souvent sacrifier pour des questions budgétaires.

LIRE AUSSI : En première ligne face au Covid-19, les étudiants en médecine touchent 1,29€ de l’heure

Face à la polémique, la Première ministre belge a réagi en tentant de jouer l’apaisement.

 « Je ne conçois pas que l’après-crise soit ramenée à ce qu’il y avait avant. Il faudra structuraliser la revalorisation du métier d’infirmier. C’est une certitude. »

En France, Emmanuel Macron a également fait face à plusieurs soignants en colère lors de sa visite à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris vendredi. Il a notamment dû écouter deux infirmières qui ont dénoncer leurs conditions de travail. Le Président de la République a également haussé le ton face à un travailleur de la santé qui l’interpellait sur la “médaille de l’engagement” promis au personnels soignants.

LIRE AUSSI : Emmanuel Macron à un soignant au sujet de la médaille : « Si vous ne la voulez pas, ne la prenez pas ! »

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Une citoyenne en colère : « Vous n’êtes pas la police, la vraie police protège le peuple !»

    Les salariés d’Auchan chantent : “Mais ils sont où.. mais ils sont où les 1000 euros !”