in

Prime de 1000 euros pour les employés en première ligne : « Auchan nous a trahis ! »


Les employés d’Auchan Fontenay-sous-Bois ont publié une nouvelle vidéo de leur mouvement de grève. On peut les entendre scander « Auchan nous a trahis » avec le soutien des clients.

En pleine crise sanitaire, la direction de l’hypermarché avait promis une prime de 1000 euros pour tous les employés en première ligne, aujourd’hui, les promesses se sont envolées.

Les employés d’Auchan Fontenay-sous-Bois sont en colère après que la prime promis à tous les employés en première ligne est désormais conditionnée à un nombre précis d’heures de travail.

« Tous les éléments de primes ont été négociés avec les instances représentatives. Un salarié qui travaille 28 heures par semaine recevra bien 1 000 euros, un autre qui a un contrat de 9 heures aux alentours de 250 euros. Cela s’échelonne en fonction du temps de travail », déclare la direction d’Auchan.

Dans les commentaires des vidéos, on peut voir les salariés se plaindre parfois de n’avoir touché que 50 euros de prime alors qu’ils ont risqué leur vie pour éviter l’aggravation de la crise.

Les hypermarchés ont réalisé un chiffre d’affaires record avant l’épidémie de coronavirus en France. De nombreux français s’étaient rués dans les rayons des magasins pour acheter des denrées non-périssables par crainte d’une pénurie alimentaire. Les employés d’Auchan, Carrefour ou Lidl avaient été surmenés et ont pris des risques importants en étant constamment en contact avec les clients sans les protections adéquates. Plusieurs travailleurs de la grande distribution sont d’ailleurs décédés du Covid-19 ces derniers mois.

LIRE AUSSI : Les salariés d’Auchan chantent : « Mais ils sont où.. mais ils sont où les 1000 euros ! »

Écrit par La Rédaction Issues

Retrouvez Issues.fr sur les réseaux sociaux et sa chaîne Youtube :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Macron masques rupture

Emmanuel Macron: « Nous n’avons jamais été en rupture » de masques

Les pénuries alimentaires à Santiago provoquent des émeutes de la faim