in ,

En Seine-et-Marne, le préfet réquisitionne des chasseurs pour faire respecter le confinement

Les chasseurs et les gardes-chasse de Seine-et-Marne ont été réquisitionnés par le Préfet du département pour faire appliquer le confinement. Une mesure spectaculaire et quasiment unique sans contrôle du commandement de la préfecture.

Dans un arrêté préfectoral du 3 avril, la préfecture a décidé de réquisitionner pour au moins trois week-ends, des chasseurs et des gardes-chasse pour surveiller la population.

“En raison de l’aggravation de la situation sanitaire, des mesures plus restrictives doivent être prises”, explique ce texte, signé par le préfet Thierry Coudert.

Les chasseurs et les gardes-chasse vont sillonner les forêts pour sanctionner les civils qui souhaiteraient se promener pendant la période de confinement. Les 100.000 policiers et gendarmes n’étant pas suffisants selon le Préfet, ce supplément des forces de l’ordre pourra mettre des amendes de 135 euros.

“Ils peuvent verbaliser, au même titre qu’un fonctionnaire de police. Le préfet leur permet de le faire”, affirme au téléphone Bruno Mollot, directeur de la fédération de chasse dans le département.

Selon les informations du magazine Marianne, dès le 28 mars, des chasseurs et gardes-chasse ont été utilisés pour patrouiller à travers les forêts et espaces naturels du 77.

Pour l’instant, ces nouveaux auxiliaires des gendarmes n’ont mis aucune contravention et se contentent de faire de la prévention. Lors de ces missions, le fusil des chasseurs doit rester à la maison.

Cette mesure n’est pas du goût de tout le monde et surtout pas de celui de Pierre Rigaux. Ce militant contre la chasse, à plusieurs reprises menacés par des chasseurs, s’est demandé pourquoi ces derniers ont été choisis plutôt que des randonneurs ou des joggeurs.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Les scientifiques avertissent du danger de marcher, faire un footing ou du vélo à proximité d’un autre sportif

    À Madrid, on enterre ses morts au drive-in : les images déchirantes